Zhang Miman, 82 ans, membre de l’Académie des sciences de Chine et paléontologue a été honoré pour «son travail de pionnier sur les archives fossiles menant à des idées sur la façon dont les vertébrés aquatiques se sont adaptés à la vie sur terre».

La cérémonie de remise de prix a eu lieu ce 29 mars, au siège de l’UNESCO, à Paris. C’est la cinquième fois qu’une scientifique chinoise reçoit cette récompense. Lors de la remise des prix, la scientifique s’est dite «très honorée» de recevoir le prix 2018. Elle a rendu hommage aux efforts de ses partenaires du monde entier, y compris les instructeurs russes et suédois, qui l’ont aidée au début de sa carrière, il y a six décennies.

«Je tiens à remercier tous mes collègues, ceux d’avant et d’aujourd’hui, en Chine et ailleurs, pour leur aide pendant des années, et je tiens également à remercier ma famille pour son soutien au fil des ans», a déclaré Zhang Miman après l’annonce de son prix.

Née le 17 avril 1936 à Nanjing, Zhang Miman est une scientifique spécialisée dans la paléontologie des vertébrés et chercheuse à l’Académie des sciences de Chine, ainsi qu’à l’Institut de la paléontologie des vertébrés et de la paléoanthropologie.

Elle est élue membre de l’Académie des sciences de Chine en 1991, puis membre étranger de l’Académie des sciences de Suède en 2011. En octobre 2017, la société chinoise de la paléontologie des vertébrés lui décerne un prix d’excellence pour l’ensemble de ses travaux, le Prix Romer-Simpson.

Zhang Miman se consacre depuis de nombreuses années à la recherche dans les domaines de l’anatomie comparée, de la paléogéographie, de la paléoécologie et de l’évolution des organismes vivants. L’UNESCO lui a décerné le prix l’Oréal-UNESCO en reconnaissance de ses travaux de recherche sur l’évolution des vertébrés aquatiques sur terre ferme, qui ont largement contribué à l’apport de nouvelles connaissances dans ce domaine.

Pour l’UNESCO, «Zhang Miman continue à se consacrer à ses recherches, à explorer l’origine de l’humanité et à étudier les vertébrés aquatiques qui se sont adaptés pour vivre sur la terre ferme».

Zhang Miman a permit à la Chine d’être aujourd’hui une place prépondérante dans le domaine de la paléontologie, et d’avoir mit en place les conditions propices à la recherche scientifique, ce qui a permis l’émergence d’un certain nombre de paléontologues.

Zhang Miman a expliqué que la paléontologie, même si elle reste mal connue du grand public, est d’une importance capitale. En plus de permettre un réel apport de connaissances sur les êtres vivants du passé, elle rend la science accessible à tous.

Le «Prix L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science» récompense chaque année cinq femmes pour leur contribution au progrès scientifique et en reconnaissance de leurs travaux. Les lauréates se voient ainsi décernées une bourse pour leurs recherches.