Plusieurs accords ont  été signé lors d’une rencontre entre Hery Rajaonarimampianina et des dirigeants chinois, à Beijing en marge du Forum de Bo’ao.

Parmi ces documents, un mémorandum a été signé pour la mise en place d’une Zone économique exclusive par la Chine à Madagascar, un accord sur la construction de l’autoroute Antananarivo-Toamasina et un grand port, prévue dans la baie de Narinda, sur la côte nord-ouest de la Grande île, face au canal du Mozambique.

A cela s’ajoute, le contrat entre la société Huawei et le gouvernement malgache pour le développement d’une « ville intelligente », à l’instar de celle décidée au maroc récemment. Cette ville nouvelle devrait abriter un réseau de caméras de surveillance pour la gestion et la sécurisation des activités urbaines.

Le point essentiel de la visite du président malgache à Beijing est d’avoir réitéré sa volonté de voir Madagascar intégrer « La ceinture et la Route », initiative économique instaurée par Xi Jinping, en vue de remettre en place l’ancienne Route de la Soie.

 

« Madagascar cadre bien dans l’esprit de ‘la Ceinture et la Route’ de la Chine »

 

Selon Hery Rajaonari-mampianina, « (…) les perspectives de libéralisation accrues et de création de zones de libre-échange plus vastes en Asie, sous l’impulsion de la Chine, offriront une opportunité de partenariat et de croissance attrayante pour les pays membres de ces zones mais, aussi, pour les autres pays partenaires comme les pays africains ».

D’ailleurs « de par la situation géographique de la Grande île dans l’océan Indien elle constitue un carrefour stratégique et ambitionne de devenir le pays qui peut jouer un rôle de pont entre les deux continents. C’est dans cette optique que, Madagascar, souhaite intégrer le programme Ceinture économique de la Route de la soie » a assuré le président malgache.

Madagascar tient à se situer sur le plan maritime avec la ceinture maritime de la nouvelle route de la soie, car Madagascar est le « prolongement naturel de la route de la soie maritime« , d’après le ministre des affaires étrangères Wang Yi, en visite dans la Grande Ile, en janvier.

« Dans l’avenir, nous allons renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de l’infrastructure et la capacité de production industrielle, faire valoir nos atouts géographiques, et nos ressources naturelles particulières, pour en faire un pays important et un trait d’union de cette autoroute avec les pays africains« , avait assuré ce dernier.

Ce lundi 27 mars, Beijing et Antananarivo se sont accordés sur la coordination des stratégies de développement dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » et de 10 plans majeurs pour la coopération sino-africaine.

Le président Xi Jinping a assuré auprès de son homologue Hery Rajaonarimampianina que « la Chine soutient Madagascar dans son rôle de pont entre ‘la Ceinture et la Route’ et le continent africain », ajoutant que « la Chine est prête à établir un partenariat global de coopération avec Madagascar ».

Cette année, la coopération devrait s’intensifier dans l’agriculture, la pêche, les échanges entre les peuples, la sécurité, les affaires policières, la justice et l’application de la loi. D’ailleurs, le président chinois a encouragé « Madagascar à jouer un rôle plus important dans les affaires internationales et régionales« .

Renforcement des engagements entre la Chine et Madagascar