Le 1ère édition du Forum des droits de l’homme Sud-Sud a eu lieu à Beijing ce 7 décembre 2017, sous le thème de la « Construction d’une communauté de destins pour l’humanité : nouvelle opportunité pour le développement des droits de l’homme Sud-Sud ».

Plus de 300 fonctionnaires et experts en provenance de plus de 70 pays et organisations internationales ont participé à cet événement, qui a été salué par le président chinois, Xi Jinping.

Ce dernier a appelé dans un message « la communauté internationale à respecter et à refléter la volonté des peuples des pays en développement concernant la cause des Droits de l’homme ».

L’occasion selon lui « de discuter de la promotion des droits de l’homme dans les pays en développement et dans le monde« , car « les droits de l’homme ne peuvent et ne doivent être promus qu’au regard des conditions nationales spécifiques et des besoins des peuples, selon le message ».

Pour Yldiz Deborah Pollack-Beighle, ministre surinamien des Affaires étrangères, ce forum « est organisé au bon moment, ce qui nous permet de rassembler les pays et les experts qui partagent les mêmes opinions. Nous pouvons dire, que les œuvres des droits de l’homme sont entrées dans un moment critique d’une nouvelle ère ».

Ce dernier a estimé que « cette méthode de coopérations Sud-Sud nous aidera à trouver un moyen approprié pour assurer le traitement d’une façon impartial et juste concernant les problèmes des droits de l’homme ». Cette position est partagée par un grand nombre de participants, dont Saad Alfaragi, rapporteur spécial des questions de droits de développement du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies.

Ce dernier a expliqué que

« les pays du Sud partagent beaucoup d’opportunités en vue du développement. Pour nombreux de pays en voie de développement, les coopérations Sud-Sud offrent de nouvelles ressources pas comme les moyens traditionnels et sans conditions assorties. Les coopérations Sud-Sud pourraient aider les pays en voie de développement à réaliser le développement de l’homme d’une façon créative, et optimiser la réalisation maximale des droits de développement ».  

De son côté, Tom Zwart, directeur de Cross-Cultural Human Rights Centre de l’Université d’Amsterdam, a évoqué les progrès de la Chine en la matière, estimant que le pays « est entrée dans une nouvelle ère ». Depuis 2012, « la Chine a joué un rôle important dans l’établissement d’un ordre international plus juste et plus harmonieux, dont le système international des droits de l’homme occupe une importante partie« .