Le président américain Donald Trump a décidé l’imposition de nouveaux droits de douane sur 200 milliards de dollars (123 milliards d’euros) d’importations chinoises.

Les produits concernés seront taxés à environ 10%, au lieu de 25% comme dit à l’origine. Ces nouveaux droits de douane concernent les produits de technologie internet et autres appareils électroniques, les cartes de circuits imprimés et sur les biens de consommation comme les fruits de mer, les meubles et luminaires, les pneus, les produits chimiques, les plastiques, les vélos et les sièges auto pour bébés.

D’après Lindsay Walters, porte-parole de la présidence, Donald Trump « avait clairement indiqué que son administration continuerait à agir pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales de la Chine ».

Pourtant, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a invité cette semaine plusieurs hauts fonctionnaires chinois, dont le vice-Premier ministre Liu He, à poursuivre les négociations pour tenter de résoudre le différends commercial entre les deux pays.

Selon un observateur cité par l’agence de presse britannique, Reuters, l’administration a réduit le niveau du droit de douane, après les commentaires de la société civile et des entreprises dans les médias.

« Nous encourageons la Chine à répondre aux préoccupations de longue date des États-Unis », a-t-elle ajouté. Donald Trump veut que la Chine réduise son excédent commercial avec les États-Unis, qui est actuellement de 375 milliards de dollars.

Washington souhaite également la fin à la politique chinoise visant à acquérir les technologies et la propriété intellectuelle américaines et la réduction des subventions au secteur de la haute technologie.

De son côté, la Commission chinoise des droits de douane du Conseil des Affaires d’Etat a annoncé ce 18 septembre qu’elle imposerait des droits de douane supplémentaires sur 60 milliards de dollars (51,6 mds €) de produits en provenance des Etats-Unis.

Le ministère chinois du Commerce a dit regretter « profondément cette décision. La Chine sera obligée de prendre des contre-mesures simultanées pour sauvegarder ses droits et intérêts légitimes, ainsi que l’ordre du libre-échange mondial », a déclaré un porte-parole du ministère.

« Les droits supplémentaires adoptés par les Etats-Unis ajoutent de nouvelles incertitudes aux consultations bilatérales », selon le porte-parole du ministère. En effet, les taxes seront mises en vigueur dès le 24 septembre et d’autres mesures tarifaires américaines devraient être mises en place progressivement.

« Nous espérons que la partie américaine prendra conscience des conséquences potentiellement néfastes d’une telle action et rectifiera rapidement la situation via des moyens convaincants », a ajouté ce dernier.

20 ans de conflit sino-américain