Le ministre libanais de l’économie et du commerce, Raëd Khoury, a signé avec les autorités chinoises un accord de coopération dans le cadre du développement de l’initiative « La Ceinture et la Route ».

« L’accord a été paraphé côté chinois par le président de la Commission nationale pour la réforme et le développement (NDRC), He Lifeng », selon le ministère libanaise. L’accord a été conclu à Yinchuan, durant l’exposition sino-arabe de 2017 (China-Arab States Expo 2017) du 6 au 9 septembre.

Selon les termes de l’accord, le Liban et la Chine s’engagent à « atteindre les objectifs de développement communs », dans le but notamment de « renforcer leurs liens politiques et économiques« , dans les domaines des transports, infrastructures, investissements, ainsi que les énergies fossiles et renouvelables.

La Chine est le premier fournisseur du Liban, qui a importé fin juillet 512 493 tonnes de produits chinois pour 1,1 milliard de dollars (979 millions d’euros), soit 10 % du total de la valeur totale des importations sur cette période. Dans le même temps, le Liban n’a exporté que 4 441 tonnes de produits vers la Chine, pour 8,6 millions de dollars (7,7 millions d’euros).

Le ministre de l’Économie et du Commerce, Raëd Khoury, et le président de la NDRC, He Lifeng.

Les deux pays se sont engagés à mettre en place un « plan d’action » pour améliorer leur coopération, avec entre autre l’identification de « projets communs », la mise en place de « programmes pilotes » ou encore la création d’une « plateforme » d’échange d’informations.

Le ministre libanais Raëd Khoury a rencontré plusieurs responsables chinois dans le but de faciliter l’entrée et la commercialisation de plusieurs produits libanais (huile d’olive, vins et savon) sur le marché chinois.

L’initiative de Xi Jinping est bien accueillie par les entrepreneurs libanais qui souhaitent trouver une alternative à leurs produits mais aussi des possibilités d’investissement et de co-développement. En avril, deux accords de coopération avaient été signé entre les organisations des secteurs privés des deux pays, lors d’une conférence de presse organisée à Beyrouth par la Fransabank et la Chambre de commerce internationale de la route de la soie (CCIRS).

Lors de cette exposition sino-arabe, la présidente de l’autorité de la Zone économique spéciale (ZES) de Tripoli, Raya el-Hassan, a conclu un protocole d’accord avec la Chambre chinoise de commerce international. Tripoli est devenu une ville importante pour les entrepreneurs et investisseurs chinois, car la deuxième ville du Liban est « idéalement placée » en vue de la reconstruction de la Syrie.