Le temple de Confucius rend hommage au sage depuis sa construction durant la dynastie Yuan (1271-1368), puis via les extensions établies au cours des dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911). Depuis 1988, ce temple fait partie des sites historiques et culturels majeurs protégés par l’État. D’ailleurs, encore aujourd’hui le temple est un lieu de culte et d’hommage au « premier des sages » de la Chine.

La construction du temple débute en 1302, sous la dynastie Yuan, et les hauts dignitaires du régime viennent y révérer Confucius jusqu’en 1911. Son enceinte a été élargie à deux reprises, sous la dynastie Ming puis sous les Qing.

Il occupe aujourd’hui une surface de près de 22 000 mètres carrés. Ce temple est le deuxième plus grand temple construit pour Confucius, se classant juste derrière le temple de Confucius de Qufu, province du Shandong.

À l’intérieur du temple se trouvent 198 tablettes en pierre placées de chaque côté de la première cour intérieure. Elles contiennent les inscriptions de plus de 51 624 noms de jinshis (savants de la Chine antique et médiévale) des dynasties Yuan, Ming et Qing.

14 stèles comprenant des inscriptions à caractère historique sont également présentes. Le temple se compose de quatre cours, avec des structure principales comprenant la porte Xianshi (Porte du premier maître), la porte Dacheng (Porte du grand accomplissement), le hall Dacheng (Hall du grand accomplissement) et Chongshengci (Hall de culte).

Le hall Dacheng est le bâtiment principal du temple, c’est là que se déroule généralement la cérémonie commémorative pour Confucius. Il y a aussi 14 pavillons en pierre des dynasties Ming et Qing et contenant les informations historiques et précieuses de la Chine ancienne.

À l’intérieur même du temple plusieurs sculptures ont été disposées, dont l’une représente deux dragons jouant avec une perle dans les cieux. De 1981 à 2005, le temple a accueillit une grande partie de la collection d’œuvres d’art du Musée de la capitale.