D’après un quotidien allemand, la Chine aurait affecté près de 200 espions dans la capitale belge. Une information rapidement démentie par l’ambassade de Chine à Bruxelles.

Le Die Welt a révélé que des diplomates européens ont été mis en garde par le service de sécurité interne au Service européen d’action extérieure (SEAE) contre l’espionnage russe et chinois.

Le quotidien allemand se base sur des sources diplomatiques européennes, affirmant que le service de sécurité a assuré qu’il y aurait environ « 250 espions chinois et 200 espions russes » actifs à Bruxelles.

D’après ces diplomates, ils auraient été mis en garde contre certains endroits dans le quartier européen à Bruxelles, dont un restaurant et un café réputé dans les alentours directs du bâtiment de la Commission européenne et du SEAE.

Les services secrets chinois et russes travailleraient à Bruxelles dans les ambassades et les services commerciaux de leur pays, ayant une représentation dans la capitale belge.

Répondant à ces informations, un porte-parole de l’ambassade de Chine à Bruxelles a déclaré que « ces allégations sans fondement sont purement des histoires montées de toutes pièces ».

Alors que « la Chine travaille depuis toujours à développer des relations d’amitié et de coopération avec la Belgique et les autres pays sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des bénéfices mutuels », a indiqué ce dernier.

Il a expliqué qu’il s’agit de « quelques allégations irresponsables, qui visent à désorienter et à duper le grand public par des attaques et dénigrements malveillants contre la Chine dans la tentative de perturber et de troubler les relations sino-belges et sino-européennes, n’aboutiront à rien ».