Le gouvernement a réagi au sujet des manifestations populaires et à la crise politique en Algérie, estimant que la préservation de la stabilité est «dans l’intérêt fondamental de son peuple et de la paix dans les régions voisines».

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang a réaffirmé le principe de «non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays» auquel adhère la Chine.

Geng Shuang a annoncé que son pays «espérait voir l’Algérie faire avancer sans heurt son calendrier politique». Ce dernier a ajouté que la Chine restait «convaincue que le peuple algérien avait la sagesse et la capacité nécessaires pour explorer une voie répondant aux conditions de son pays».

Le vice-Premier ministre algérien et ministre des Affaires étrangères devrait rallier Pékin à la suite de sa tournée internationale entamée le 18 mars.

Ramtane Lamamra compte rassurer les dirigeants chinois sur la viabilité du processus actuel, notamment la transition politique qu’a proposée le Président Abdelaziz Bouteflika.