jeudi, juin 20

Centenaire de l’ouverture du Temple du ciel

La direction du Temple du Ciel a célébré le 27 juillet le 100ème anniversaire du jour de son ouverture au public ainsi que ses 20 années d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Une exposition consacrée à son histoire a été proposé au public, comprenant 217 objets et plus de 300 photos. Cette dernière a également présenté la transition tu temple entre le statut d’autel impérial et celui de parc public.

Construit en 1420, le Temple du Ciel accueillait les empereurs des dynasties Ming et Qing, qui offraient un sacrifice au Ciel pour avoir de bonnes récoltes. Il est devenu un parc public en 1918 après la disparition de la dernière dynastie de la Chine.

Situé dans le sud de Beijing, le Temple du Ciel couvre une superficie de 270 hectares. Il est l’un des plus grands complexes architecturaux existants au monde, avec une collection de plus de 12.000 vestiges.

D’après le site de l’UNESCO, «le temple du Ciel forme un ensemble majestueux de bâtiments dédiés au culte, situés dans des jardins et entourés de pinèdes historiques. Son agencement global, comme celui de chaque édifice, symbolise la relation entre le ciel et la terre – le monde humain et le monde divin – essence de la cosmogonie chinoise, ainsi que le rôle particulier des empereurs dans cette relation ».

Cette année 2018 marque également le 20ème anniversaire de son inclusion à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. «Nous espérons promouvoir la diffusion de notre héritage culturel, et attirer l’attention du peuple afin de chérir notre culture traditionnelle», a indiqué Li Gao, directeur du Parc du Temple du Ciel, lors de la cérémonie d’anniversaire.

«Cette exposition montre également les réalisations de la Chine dans la protection de notre patrimoine culturel et dans la promotion du paysage du parc», a expliqué ce dernier. D’ailleurs, l’exposition retrace la restauration de l’intégralité du Temple du Ciel, afin d’intégrer la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Fin juillet 2018, 26,4% des zones totales du temple étaient toujours occupées par des appartements résidentiels et des institutions gouvernementales. Cependant, l’objectif de l’’administration du parc sera de démolir touts les édifices extrinsèques, afin de rétablir son apparence originale d’ici 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *