Après avoir dénoncé les actes xénophobes à l’encontre de sa communauté, le gouvernement nigérian est revenu sur ses propos et a déclaré, le ministre nigérian des Affaires étrangères a ainsi indiqué que « certains citoyens nigérians n’ont pas strictement suivi les réglementations de prévention des épidémies à Guangzhou ».

L’ambassadeur de Chine au Nigéria, Zhou Pingjian a tenu une conférence de presse conjointe avec le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffey Onyeama, suite à leur rencontre le 14 avril 2020. Les deux hommes ont donné des éclaircissements sur l’affirmation selon laquelle «les citoyens nigérians auraient été traités de manière inappropriée à Guangzhou ». Ils ont également donné des détails sur la situation actuelle des citoyens nigérians en quarantaine à Guangzhou.

«Récemment, certains Nigérians ont été diagnostiqués positifs au COVID-19 après leur arrivée à Guangzhou, comme ce fut le cas pour une restauratrice. Son restaurant est un endroit fréquenté par des Nigérians et des ressortissants d’autres pays africains », a introduit Geoffey Onyeama.

Ce dernier a expliqué que « le gouvernement local, après enquête, a donc demandé de fermer l’endroit concerné et d’isoler les personnes ayant eu des contacts étroits avec des cas confirmés. Ceux qui sont mis en quarantaine ne sont naturellement pas autorisés à retourner à l’hôtel ou à leur résidence ».

Or, « certaines personnes au Nigéria ont fait des interprétations erronées basées uniquement sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, pensant à tort que les Nigérians et les Africains ont été « sélectionnés » dans le cadre d’une campagne de prévention des épidémies et ont été ciblés pour être traités différemment, disant qu’elles ne pouvaient pas comprendre cela», a expliqué le ministre nigérian.

Ce dernier a expliqué que le gouvernement local de Guangzhou et le consulat général du Nigéria à Guangzhou avaient mis en place un mécanisme de communication efficace afin « de convaincre et expliquer les mesures de prévention et de contrôle visant à assurer la santé et la sécurité de toutes les personnes à Guangzhou, y compris les étrangers ».

Geoffey Onyeama a indiqué que les citoyens nigérians actuellement en quarantaine à Guangzhou avaient été bien pris en charge. De son côté, Zhou Pingjian, ambassadeur de Chine au Nigéria, a assuré que la Chine traitait tous les étrangers en Chine de la même manière et s’opposait à toute pratique discriminatoire visant des groupes spécifiques de personnes, et ne tolérait aucune parole et acte discriminatoires.

«Avec les efforts conjoints de toutes les parties, les préoccupations légitimes des amis nigérians et de toute l’Afrique ont été ou sont effectivement résolues», a souligné ce dernier.

L’ambassadeur a d’ailleurs assuré que « la Chine n’avait aucune tolérance pour le racisme et que tout mauvais comportement de ce type serait corrigé ».

Soulignant que les relations sino-nigérianes étaient incassables, il a affirmé que « le gouvernement de Guangzhou lutte contre l’épidémie, et non pas contre les Nigérians, les Africains ou les étrangers ».

Le 13 avril, la ville de Guangzhou avait signalé 119 cas importés, dont neuf Nigérians et 10 en provenance d’autres pays africains, a précisé Zhou Pingjian. La ville a signalé le même jour des porteurs de coronavirus asymptomatiques, dont 57 Africains.

Selon lui, les données indiquent que les citoyens africains sont un groupe à haut risque à Guangzhou et qu’un dépistage et des tests approfondis protégeront à la fois les Chinois et les étrangers.