Les autorités de Shanghai ont lancé une enquête sur la chaîne de poulet frit, « Call a chick » (appeler un poussin), qui signifie également « appeler une prostituée ». Elles considèrent ce nom obscène et vulgaire, pouvant provoqué des violations de l’ordre social.

Afin d’attirer des clients, la chaîne propose également des menus sur lesquels sont inscrits des produits du nom « a virgin chick » (poulet vierge), « having sex with her » (avoir des relations sexuelles avec elle), ou encore la boisson « a sex partner of chick » (partenaire sexuel de poulet).

La campagne de promotion de la chaîne fait également polémique. Celle-ci a pour slogan : « satisfying all your expectation for a chick » (satisfaire toutes vos attentes sur les poussins), une invitation implicite, qui choque les autorités et certains consommateurs.

De plus, une carte est également distribuée lors d’un achat emporté, il y est fait mention « the secret of a man who has 10 times of sex a night » (le secret d’un homme qui a fait 10 fois l’amour en une nuit).

« Call a Chick » a été victime d’un incendie dans la province du Sichuan, après la diffusion d’un reportage d’une femme, qui s’était plainte d’avoir dû faire face à son fils de 8 ans, lui demandant ce que signifiait « appeler un poussin« , a indiqué le Shanghai Daily.

Suite à cela, le bureau administratif industriel et commercial de Shanghai a décidé de lancer une enquête, car les noms utilisés pourraient « violer l’ordre social« , a indiqué Li Hua, directeur adjoint du département de publicité du bureau.

La chaîne basée à Shanghai a présenté ses excuses dans un communiqué, assurant que les enseignes seront remplacées et les menues modifiés. Call a chick voulait attirer les 18-28 ans avec cette campagne promotionnelle, mais face à la polémique, la direction a préféré modifier toute sa stratégie marketing.