Hong Kong a adopté ce 4 juin le projet de loi qui criminalise le non-respect de l’hymne national chinois. Cette décision a reçu de nombreuses critiques considérant qu’il s’agissait du dernier signe du resserrement de l’emprise de Beijing sur la ville semi-autonome.

Cette décision intervient quelques jours seulement après que le Parlement chinois a donné son feu vert pour une loi sur la sécurité nationale qui, selon les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et le Canada, ainsi que des groupes internationaux de défense des droits de l’homme, impactera les libertés dans le centre financier mondial.

Lire aussi : Offenser l’hymne national est un délit

Le projet de loi sur l’hymne national ordonne que les élèves des écoles primaires et secondaires de Hong Kong apprennent à chanter la «Marche des volontaires», ainsi que son histoire et son étiquette.

Le non respect de cet hymne entraîne des sanctions pouvant aller jusqu’à trois ans de prison ainsi que des amendes pouvant aller jusqu’à 50 000 HK $ (6 450 $) pour ceux qui l’insultent.

L’hymne a été sifflé lors de matchs de football, où les fans de football ont parfois chanté «Glory to Hong Kong», une chanson qui est devenue un cri de ralliement pour le mouvement pro-démocratie dans la ville.

Plus tôt, la police et les pompiers sont entrés dans l’hémicycle du Legco après que deux législateurs pro-démocratie aient jeté un liquide nauséabond pour protester contre l’envoie des troupes chinoises sur et autour de la place Tian an’men à Beijing, en 1989.

De plus, la perturbation de la législature est intervenue après que les législateurs pro-Beijing ont opposé leur veto à la plupart des amendements au projet de loi sur l’hymne proposé par les démocrates.

Les législateurs Eddie Chu et Ray Chan se sont précipités vers le devant de la chambre et ont éclaboussé le liquide puant alors que les gardes se débattaient avec eux. La police et les pompiers sont arrivés plus tard sur les lieux.

«Un État meurtrier pue pour toujours. Ce que nous avons fait aujourd’hui est de rappeler au monde que nous ne devons jamais pardonner au Parti communiste chinois d’avoir tué son propre peuple il y a 31 ans», a déclaré Chu plus tard, avant que Chan et lui ne soient retirés de la chambre. Un autre législateur pro-démocratie a été destitué plus tard dans la journée.

Le vote a été adopté alors que les habitants de Hong Kong commémoraient le mouvement démocratique de 1989 en allumant des bougies dans la ville. Pour la première fois, la police a interdit une veillée annuelle qui a généralement lieu dans le centre-ville de Victoria Park, en raison de l’épidémie de coronavirus.