Une dizaine de parlementaires ont appelé au respect de la liberté d’expression et de la liberté de la presse dans la région administrative spéciale rattachée à la Chine.

Ces députés ont quitté la salle du Conseil législatif en scandant le slogan « Protégez la liberté de la presse » et en brandissant des pancartes « Presse libre. Pas de persécutions » avant le discours annuel de politique générale de Carrie Lam, cheffe de l’éxécutif d’Hong Kong.

Les élus ont protesté contre le refus de demande de renouvellement de visa de travail du journaliste britannique, Victor Mallet, rédacteur en chef du Financial Times pour l’Asie. Etabli à Hong Kong depuis deux ans, Victor Mallet a été informé que son visa ne serait pas renouvelé et qu’il devait quitté le territoire.

Carrie Lam expulse un journaliste britannique d’Hong Kong

Carrie Lam et les autorités de la région administrative ont refusé de fournir une explication à ce refus. « Nous avons exprimé notre colère et notre dégoût à Carrie Lam », a expliqué la députée Claudia Mo à Reuters. Participant à la manifestation, elle a indiqué que Carrie Lam « fait de Hong Kong une farce internationale. Elle est vraiment décidée à gouverner par la peur ».

«Nous agirons sans faiblesse contre ces agissements, conformément au droit, pour sauvegarder les intérêts du pays et de Hong Kong», a déclaré de son côté, Carrie Lam.

«Je ne tolérerai aucun action qui défende l’indépendance et menace la souveraineté, la sécurité et les intérêts du développement du pays», a déclaré Carrie Lam lors de son discours annuel de politique générale devant le Conseil législatif.

Lors de son discours, elle a plusieurs fois insisté sur la notion de «Un pays» et n’a fait aucune référence à la liberté de la presse ou à la liberté d’expression, qu’elle avait décrites l’an passé comme des «remparts constitutionnels».