Le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong est en train d’envisager une mesure permettant aux hongkongais résidant en Chine continentale de voter aux postes de contrôle de la ville pour les prochaines élections du Conseil législatif (LegCo), a déclaré la cheffe de l’Exécutif hongkongais, Carrie Lam.

« Cet arrangement, qui fait encore l’objet de discussions avec les autorités de la partie continentale, permettrait aux électeurs hongkongais qui résident dans la Chine continentale de voter sur le territoire de la RAS le jour des élections et de retourner dans la partie continentale sans être soumis à la quarantaine obligatoire », a-t-elle indiqué.

Les élections générales du Conseil législatif de Hong Kong auront lieu le 19 décembre 2021, lorsque 4,4 millions d’électeurs enregistrés sélectionneront 90 législateurs pour les 4 prochaines années.

Carrie Lam a indiqué que « cet arrangement était conforme aux lois hongkongaises exigeant que les élections et comportements associés se déroulent sur le territoire de la RAS. L’objectif est de faciliter le vote des électeurs vivant dans la partie continentale, notamment dans la province de Guangdong ».

D’après un recensement national effectué récemment et publié en mai, près de 370 000 Hongkongais vivent en Chine continentale, soit 5% de la population de Hong Kong.

« L’enregistrement de ces électeurs sera effectué une fois que le plan aura été rendu public, afin de déterminer combien d’entre eux nécessiteraient un tel service aux postes de contrôle de la baie de Shenzhen et du pont Hong Kong-Zhuhai-Macao, les deux ports terrestres de la RAS actuellement disponibles avec la partie continentale », a-t-elle ajouté.

Carrie Lam a précisé que le gouvernement avait mobilisé plus de 36 000 agents de la fonction publique, certains fonctionnaires retraités et des personnes familières des opérations électorales, afin de s’assurer que les élections se déroulent « sans encombre ».

Carrie Lam a indiqué que « toute activité publique encourageant les votants à boycotter les élections ou à annuler des bulletins constituerait une infraction à l’Ordonnance électorale sur les conduites corruptibles et illégales ».

La cheffe de l’exécutif de Hong Kong a fait ces annonces après l’appel au boycott des élections du Conseil législatif. « Les agences de maintien de l’ordre prendront des actions vigoureuses contre ce genre d’activités », a ajouté Carrie Lam.

L’ordonnance stipule que l’incitation de personnes à «ne pas voter ou à émettre des votes invalides» par le biais d’activités publiques au cours d’une période électorale est illégale. Les personnes enfreignant cette ordonnance peuvent être tenues responsables et encourent une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement.

D’après la loi, les activités d’incitation peuvent prendre toute forme de communication publique ou de conduite observable par le public, incluant l’expression écrite ou orale, l’affichage de notifications ou d’autres matériels enregistrés, ainsi que la distribution ou la dissémination de tout support de communication au public.