Le ministre français des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a estimé mercredi que le président élu des États-Unis Donald Trump ne pouvait pas s’adresser à Beijing comme il l’a fait depuis sa nomination.

« Attention à la Chine (…) C’est un grand pays. Il peut y avoir des désaccords avec la Chine mais on ne parle pas comme ça à un partenaire », a indiqué ce dernier sur la chaîne de télévision, France 2.

En effet, le président élu américain a laissé entendre qu’il ne reconnaîtra pas le principe d’une seule Chine, sauf si Beijing fait des concessions sur le commerce.  Pour Jean-Marc Ayrault, « quand la Chine se sent mise en cause sur l’unicité de la Chine, c’est pas forcément très malin ».

« Il faut éviter d’entrer dans des engrenages », a-t-il poursuivi, notamment concernant la tension persistante entre plusieurs pays asiatiques en mers de Chine.

Pour Jean-Marc Ayrault, il faudra attendre l’entrée en fonction de Donald Trump, le 20 janvier, et « faire très attention mais on peut espérer qu’au fil des jours, la nouvelle équipe aura suffisamment appris pour qu’on gère un mandat incertain avec beaucoup de sang-froid et de responsabilité », a-t-il souligné.