Le 11 juillet, la Chine a rejeté une déclaration des Etats-Unis concernant la mer de Chine méridionale, estimant que Washington agissait de façon extrêmement irresponsable en brisant son engagement de longue date de rester neutre sur la question de la souveraineté de la mer et en semant la discorde entre les pays de la région.

«La Chine est très insatisfaite et s’oppose fermement aux agissements de la partie américaine», a déclaré Zhao Lijian, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Ce dernier a réagit à la publication d’un communiqué de presse du secrétaire d’État des Etats-Unis, Antony Blinken, qui a appelé le gouvernement chinois «à répondre à ses obligations dans le cadre du droit international [et] à cesser son comportement provocant» en Mer de Chine.

Les Etats-Unis appellent la Chine à cesser «son comportement provocateur»

Dans un communiqué marquant le 5e anniversaire de la décision de la Cour permanente d’arbitrage sur les litiges en Mer de Chine, Washington a assuré que «la liberté des mers est un intérêt permanent de toutes les nations et est essentielle à la paix et à la prospérité mondiales».

Antony Blinken, chef diplomatie américaine

La communauté internationale bénéficie depuis longtemps d’un ordre maritime fondé sur des règles, dans lequel le droit international, tel qu’il figure dans la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, définit le cadre juridique de toutes les activités menées dans les océans et les mers, a écrit le département d’Etat.

Pour Washington «ce corpus de lois internationales constitue la base de l’action et de la coopération nationales, régionales et mondiales dans le secteur maritime et est essentiel pour garantir la libre circulation du commerce mondial».

Pour le chef de la diplomatie américaine, «l’ordre maritime fondé sur des règles n’est nulle part plus menacé que dans la mer de Chine méridionale. La république populaire de Chine continue de contraindre et d’intimider les États côtiers d’Asie du Sud-Est, menaçant ainsi la liberté de navigation dans cette voie de passage mondiale essentielle».

Le communiqué précise qu’il y a cinq ans un tribunal arbitral constitué en vertu de la Convention sur le droit de la mer de 1982 a rendu une décision unanime et durable rejetant fermement les revendications maritimes expansives de la Chine en mer de Chine méridionale comme n’ayant aucun fondement en droit international, a noté la diplomatie américaine.

Lire aussi : Détails du verdit du Tribunal de la CPA

Antony Blinken a dit affirmer «qu’une attaque armée contre les forces armées, les navires publics ou les aéronefs philippins dans la mer de Chine méridionale invoquerait les engagements de défense mutuelle des États-Unis en vertu de l’article IV du Traité de défense mutuelle entre les États-Unis et les Philippines de 1951».

«Nous appelons la Chine à respecter ses obligations en vertu du droit international, à cesser son comportement provocateur et à prendre des mesures pour rassurer la communauté internationale quant à son engagement en faveur d’un ordre maritime fondé sur des règles qui respecte les droits de tous les pays, grands et petits», a écrit le département d’Etat.

La Chine fait preuve d’un «maximum de retenue»

S’exprimant à l’occasion d’une conférence de presse régulière à Beijing, le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, a assuré que des «personnes avisées pouvaient clairement voir que le tribunal sur la mer de Chine méridionale était une farce politique». Selon lui, «les Etats-Unis, coupables et manipulateurs, tentent de dénigrer et de réprimer la Chine».

Zhao Lijian, porte parole du Ministère des Affaires étrangères

«Le communiqué des Etats-Unis ignore les faits objectifs sur la question de la mer de Chine méridionale, enfreint et déforme le droit international, attise délibérément les différends sur la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes, et sape la paix et la stabilité régionale», a-t-il souligné.

D’après l’agence de presse Xinhua, la Chine fait preuve d’un «maximum de retenue dans la sauvegarde de sa souveraineté, de ses droits et de ses intérêts en mer de Chine méridionale par le biais de négociations amicales». Alors que «les Etats-Unis envoient des navires avancés de grande taille et des avions pour effectuer une reconnaissance et des exercices miliaires, entrant illégalement sur l’espace aérien et dans les eaux territoriales de la Chine».

Depuis le début de cette année, les Etats-Unis ont réalisé près de 2000 missions de reconnaissance dans l’espace maritime et aérien de la Chine, et plus de 20 exercices maritimes de grande ampleur ciblant la Chine, a indiqué Zhao Lijian.

Concernant l’incident le plus récent, un destroyer américain équipé de missiles guidés − le USS Benfold − a fait intrusion le 11 juillet dans les eaux territoriales de la Chine au large des îles Xisha, avant d’être éconduit par l’armée chinoise.

Lire aussi : Cinq ans après l’avis de la CPA, les tensions persistent en mer de Chine

«La mer de Chine méridionale est la maison commune des pays régionaux et ne devrait pas devenir le terrain de chasse des Etats-Unis, qui recherchent des intérêts géopolitiques et privés», a souligné Zhao Lijian.

Ce dernier a appelé les «pays extérieurs à la région, notamment aux Etats-Unis, de respecter les efforts mis en œuvre par les pays régionaux pour préserver la paix et la stabilité en mer de Chine méridional».

«La Chine et les membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud‑Est (ASEAN) ont réalisé des progrès importants dans leurs consultations sur un Code de conduite pour la mer de Chine méridionale», a rappelé le porte-parole.

Lire aussi : Mer de Chine : la Chine et l’ASEAN ont convenu de parvenir à un accord rapidement