La dynastie Zhou a existé approximativement du XIème siècle à 221 avant notre ère. D’une durée de plus de 800 ans, elle a vu passer près de 34 empereurs.

Au XIème siècle, Wen (Wu Wang), a vaincu la dynastie Shang et a établi la dynastie Zhou, établissant la capitale à Hao (sud-ouest de la ville de Xi’an dans la province du Shaanxi), puis à Luoyi (Luoyang). En 256 av. J.-C., les Zhou sont conquises par les Qin.

Les Zhou étaient à l’origine un Etat dépendant de la dynastie Shang, entre le XVIIe et XIe siècles avant notre ère. Selon la légende, l’ancêtre de la tribu Zhou était Di Ku, un des cinq grands empereurs de Chine.

Les Zhou se sont renforcés et ont étendu leur pouvoir sous le règne du roi Wen et du roi Wu. En effet, Wen Wang, père fondateur de la dynastie, n’avait que le rang de duc, il reçu le titre de « roi Wen » après sa mort.

Ce dernier avait obtenu de l’empereur Di Xin le commandement de toutes les troupes de l’empire. Sa puissance et son influence suscita des craintes au sein de la cour impériale. Si bien, qu’il fut emprisonné trois années, afin de rompre son pouvoir. Une fois libre, il se retira dans le territoire Zhou, son domaine héréditaire.

Il dirigea son Etat et l’agrandit, après 50 ans de règne, Wen Wang laissa ses terres à son fils Ji Fa (Wu Wang), qui prit alors le trône impérial. Il honora par la suite les volontés de son père : renverser la dynastie Shang.

Le Roi Wu (Zhou Wuwang) organise alors une alliance avec plusieurs vassaux issus des Shang et lève une armée importante pour lutter contre Di Xin. Jiang Ziya, le grand stratège, qui conseilla son père Wen Wang (fondateur de la dynastie), l’assiste dans sa révolte contre les Shang.

Il choisit d’attaquer l’empereur Shang au moment où son armée partait en campagne contre les barbares (mongoles et/ou mandchous) dans l’Est de l’empire. Il bat les Shang à la bataille de Mengjin, puis retrouve l’armée impériale de Di Xin à la Bataille de Muye. Il remporte chaque bataille et marque la fin de la dynastie Shang.

Il établi la dynastie Zhou, connue sous le nom de Zhou occidental dans l’histoire chinoise. La dynastie Zhou de l’Ouest (ou Zhou occidentaux) se situe alors entre 1046 et 771 av. J.-C., dans des régions occidentales.

L’agriculture, l’économie, la religion, l’éducation et l’art ont continué à prospérer lors de la dynastie Zhou, particulièrement les rites et pratiques culturelles et cultuelles, hérités des Shang, ainsi que leurs propres innovations, l’artisanat et l’art.

Au début de la dynastie Zhou, l’empereur interdisait à la population de boire de l’alcool de façon excessive, afin de rompre avec les pratiques populaires extravagantes des Shang.

L’utilisation du bronze a continué à se développer, mais les récipients pour boire couramment observés durant les Shang ont progressivement disparu.

La méthode de divination était encore très populaire chez les Zhou. Les os d’oracle déterrés, qui remontent à l’époque du roi Wen, sont similaires à ceux des Shang en forme et en matériau.

Lire aussiLa divination par l’écaille de tortue

Tous les souverains de la dynastie des Zhou Occidentaux ont porté le titre de « Tianzi » (Fils du Ciel). Ils étaient considérés comme les représentants du Ciel sur la terre et ils devaient exécuter sa volonté. De fait, les empereurs gouverner grâce à un « mandat du ciel« , établi durant la dynastie Shang et conservé par les Zhou et tous les empereurs des dynasties chinoises par la suite.

Ils se pliaient donc au principe divin, avec comme dieu : Shang Di, ou « Dominateur Suprême », ainsi qu’au culte des Shang, appelé Tian (« Ciel »), et au culte des ancêtres.

Ils entretenaient des rapports réguliers avec les ancêtres et avec les divinités, notamment lors des cérémonies et des pratiques rituéliques. Les premiers empereurs des Zhou sont présentés comme des modèles de vertu et de sagesse par les historiens chinois.

La hiérarchie des États féodaux, constituant le territoire Zhou, était dominée par un seigneur, vient ensuite la classe des soldats, et, au bas de l’échelle sociale, les paysans et les domestiques.

Au niveau de l’organisation de l’État, la filiation jouait encore un rôle prépondérant. Les rois Zhou ont installé des lignages issus de clan royal ainsi que des clans alliés au sein de certains territoires, afin d’en assurer le contrôle.

La répartition du pouvoir se faisait de manière structurées et encadrée par des règles strictes : à la fois avec des aspects religieux et des aspects claniques. De même, les postes hiérarchiques étaient fixés par l’appartenance à un clan et la naissance.

Durant la dynastie des Zhou Occidentaux, les techniques et savoirs dans le domaine agricole ont évolué grâce à d’importantes innovations comme l’élevage du ver à soie ou la rotation des cultures. Les artisans maniaient le bronze pour réaliser des objets de la vie quotidienne. De plus, certains paysans savaient manier le jade, leur donnant un certain prestige et statut social élevé.

Ils dirigeaient l’empire depuis leur territoire occidental situé dans la vallée de Wei, c’est-à-dire la rivière Wei au Shaanxi, affluent principal du fleuve Jaune. De fait, ils dominent une vaste partie de la Chine du Nord, qui fut unifiée culturellement, grâce à des pratiques culturelle et cultuelles similaires dans tout l’empire.

Cependant, les principautés vassales des rois Zhou deviennent de plus en plus autonomes et gagnent en puissance. L’autorité de la dynastie des Zhou Occidentaux s’affaiblit peu à peu, devenant une cour impériale plus symbolique que politique. L’empereur Zhou perd son autorité.

Cet affaiblissement a lieu lors de la migration de la cour impériale vers l’Est au cours de la première moitié du VIIIe siècle av. J.-C., marquant le début de la période des Printemps et Automnes. En 771 av. J.-C., le roi You fut tué par la tribu Quan Rong, sonnant la chute de la dynastie des Zhou occidentaux.

Illustration: Bronze des Zhou de l’ouest