L’Assemblée populaire nationale a voté le 20 juin l’adoption d’un projet d’amendement à la loi sur la Police armée populaire de Hong Kong.

Conseil législatif de Hong Kong, appelé Legco

La Chine va instituer un «organe de sécurité nationale» à Hong Kong, selon le texte d’un projet de loi préparé par l’Assemblée populaire nationale. Ce texte prévoit que la loi en préparation prime sur celles de Hong Kong qui entreraient en conflit avec elle, selon le projet de loi.

Les législateurs ont approuvé l’amendement lors de la session législative du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale. Selon le projet d’amendement, la police armée de Hong Kong constitue une partie importante des forces armées de la Chine sous la direction centralisée et unifiée du Parti communiste chinois et de la Commission militaire centrale.

La police armée a pour mission de patrouiller, de gérer les urgences de sécurité, et de prévenir et traiter les activités terroristes. Elle doit également appliquer la loi maritime et participer aux opérations de secours entre autres à Hong Kong.

Cette loi intervient après les manifestations monstres de 2019 contre l’influence de la Chine. Le président Xi Jinping avait annoncé en mai 2020 une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong.

Lire aussi : L’APN adopte son projet de loi controversé sur Hong Kong

Le principe de cette loi avait été adopté le 27 mai par la session plénière annuelle de l’Assemblée nationale populaire (Parlement chinois), qui a donné mission à son comité permanent de rédiger un projet de loi. C’est ce texte qui a été diffusé et adoptée, selon l’agence de presse Xinhua.

Ce document stipule qu’un organe de sécurité national sera institué et présidé par le chef de l’exécutif de Hong Kong. L’actuelle titulaire du poste, Carrie Lam, est décriée par ses adversaires comme une marionnette de Beijing.