Le Dalaï Lama a présenté le 2 juillet ses excuses pour un commentaire jugé sexiste, après avoir déclaré dans un entretien à la chaîne BBC que si une femme devait lui succéder, elle devrait être « attirante ».

Le chef spirituel tibétain « est extrêmement désolé que des gens aient été blessés par ce qu’il a dit et présente ses sincères excuses », a annoncé son bureau dans un communiqué de presse.

Ce dernier a ajouté qu’« il arrive parfois que des remarques spontanées, qui peuvent être amusantes dans un contexte culturel donné, perdent leur caractère humoristique dans la traduction ».

Au cours de cet entretien télévisé, Tenzin Gyatso est interrogé sur de précédentes déclarations dans lesquelles il aurait indiqué qu’il était possible que le prochain Dalaï Lama soit une femme à condition qu’elle soit « attirante ».

« S’il y a une femme Dalaï Lama, elle doit être plus attirante (que moi) », confirme-t-il en réponse à la question. Lorsque l’animatrice lui rétorque que la personnalité intérieure prévaut sur le physique, il répond « les deux (comptent), je pense ».

« Sa Sainteté a constamment mis l’accent sur la nécessité pour les gens de se lier à un niveau plus profond, plutôt que d’être otages » des apparences, ont indiqué ses services.

« Au cours de sa longue vie, Sa Sainteté s’est opposée à ce que la femme soit traitée comme un objet, a soutenu les femmes et leurs droits et s’est félicité du consensus international croissant sur le soutien à l’égalité des genres et au respect des femmes », poursuit le communiqué.