Des responsables américains se dont dits inquiets par «les poussées actuelles de Covid-19 en Chine et par le manque de données transparentes».

Raisons pour lesquelles, les États-Unis envisagent d’imposer des restrictions d’entrée sur leur territoire aux voyageurs provenant de Chine, où les autorités ont mit un frein à leurs politique « zero covid ».

Les infections ont considérablement augmenté dans toute la Chine, alors que les principales mesures de la politique «zéro Covid» instaurées depuis début 2020 ont été démantelés, ce qui a incité les responsables américains à s’inquiéter du risque d’apparition de nouveaux variants du virus.

«La communauté internationale est de plus en plus préoccupée par les poussées actuelles de Covid-19 en Chine et par le manque de données transparentes, notamment de données sur les séquences génomiques virales, communiquées par la RPC», ont déclaré les responsables américains, sous couvert d’anonymat, en référence à la République populaire de Chine.

Pékin a reconnu qu’il était «impossible» de suivre l’évolution de l’épidémie. La Commission nationale de la santé a décidé de cesser de publier des données quotidiennes sur la situation sanitaire. Les chiffres officiels étaient de plus en plus critiqués, car sous-estimés par rapport au nombre très élevé de cas d’infection et aux décès.

Lire aussi : Covid-19 : la Chine renonce à ses statistiques controversées du Covid

Ce manque de données génomiques soulève des inquiétudes aux Etats-Unis, rendant «de plus en plus difficile pour les responsables de la santé publique de s’assurer qu’ils seront en mesure d’identifier tout nouveau variant potentiel et de prendre des mesures rapides pour réduire la propagation», ont déclaré les responsables américains.

Les États-Unis «suivent les données scientifiques et les conseils des experts en santé publique, consultent leurs partenaires et envisagent de prendre des mesures similaires (…) pour protéger le peuple américain», ont-ils ajouté.

Ces derniers ont cité les préoccupations exprimées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ainsi que des mesures adoptées par le Japon, l’Inde et la Malaisie. Tokyo va d’ailleurs rétablir les tests PCR obligatoires pour les voyageurs provenant de Chine continentale.

L’assouplissement des mesures anti-Covid par la Chine met un terme aux tests de masse, aux confinements et longues quarantaines qui ont bouleversé les chaînes d’approvisionnement et perturbé les relations commerciales avec le reste du monde.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que les pays devaient maintenir des contrôles «scientifiques et appropriés» des maladies qui «ne devraient pas affecter les échanges normaux de personnes».