L’objectif de la Chine d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 nécessiterait des investissements de plus de 5.000 milliards de dollars (4.500 mds €), qui comprendraient une capacité de production d’énergie renouvelable, selon le cabinet de conseil Wood Mackenzie.

Le président Xi Jinping a déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre que la Chine atteindrait la neutralité carbone avant 2060. Cette annonce est une première pour le plus grand émetteur de dioxyde de carbone au monde, qui s’est engagé à mettre fin à sa contribution nette au changement climatique.

Lire aussi : La Chine s’engage à être «neutre en carbone» d’ici 2060

Si cette annonce de la Chine est tenue, cet engagement entraînerait la plus grande réduction du réchauffement planétaire prévu de tout engagement climatique pris à ce jour, selon le consortium de recherche Climate Action Tracker.

Pour que la Chine atteigne son objectif, le cabinet de conseil Wood Mackenzie a estimé que les capacités solaires, éoliennes et de stockage devront être multipliées par 11 pour atteindre 5040 gigawatts (GW) d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2020.

La capacité de production d’électricité au charbon devra être diviser par deux tandis que le gaz doit s’arrêter au même niveau qu’en 2019, a estimé le cabinet de conseil.

Prakash Sharma, responsable des marchés et des transitions du cabinet de conseil Wood Mackenzie pour l’Asie-Pacifique, a expliqué que « la partie la plus difficile de ce changement n’est pas l’investissement ou l’ampleur des ajouts de capacité renouvelable, mais la transition sociale qui va avec ».

Ce dernier a indiqué que « réduire de moitié la capacité de production de charbon entraînera la perte d’emplois dans les mines de charbon, affectant les provinces qui dépendent de ses revenus et de la création d’emplois ».

Raison pour laquelle, le gouvernement chinois pourrait moderniser les centrales électriques au charbon avec une technologie de captage et de stockage du carbone (CSC), afin de maintenir l’activité minière du charbon dans les provinces clés.

L’objectif de neutralité carbone de la Chine est ambitieux, mais il nécessite de développer des alternatives évolutives à faible émission de carbone dans les secteurs des transports et de l’industrie, a précisé le cabinet.

Dans sa note, Woodmac Mackenzie a déclaré que les émissions de carbone de la Chine provenant de ces deux secteurs ayant atteint en 2019, 5,7 milliards de tonnes, soit à peu près autant que les émissions totales aux États-Unis et au Royaume-Uni réunis.

Ces industries nécessiteront des subventions gouvernementales ou une tarification du carbone pour se décarboner, a déclaré Woodmac Mackenzie. « Compte tenu de l’importante industrie lourde et du secteur des machines de la Chine, il est crucial que la Chine maîtrise l’utilisation du CSC … pour compenser les émissions restantes. Sans cela, l’engagement de la Chine à devenir neutre en carbone est presque impossible », a déclaré Prakash Sharma.