L’ambassade de Chine au Royaume-Uni a dénoncé la rencontre entre la ministre britannique de l’Intérieur et le militant pro-démocratie, Nathan Law, sur le thème de « l’indépendance de Hong Kong ».

Le militant pour la démocratie de Hong Kong, Nathan Law, a participé le 9 décembre à sa première réunion avec un ministre britannique après avoir fui vers la Grande-Bretagne en juillet. Cet échange a eu lieu alors que le gouvernement britannique cherche à assouplir les règles d’entrée pour les résidents souhaitant échapper à la législation chinoise à Hong Kong.

Un travail de réflexion instauré entre le gouvernement britannique et Nathan Law

De gauche à droite : Mei Lan Ng, Fermi Wong, Oscar Lai, Nathan Law, Shu Kei, Agnes Chow, Joshua Wong

La réunion a été convoquée par Shaun Bailey, en présence de la ministre de l’Intérieur Priti Patel qui examine un plan visant à assouplir les règles d’entrée pour les détenteurs de passeports nationaux britanniques (outre-mer) à Hong Kong.

Dans un communiqué de presse, publié par le bureau de campagne du conservateur Shaun Bailey., Nathan Law a indiqué que le plan « signifie beaucoup pour les Hongkongais qui avaient goûté à la liberté mais la perdent progressivement ».

« Cela les aide à vivre à l’abri de la persécution politique. Je suis très reconnaissant au ministre de l’Intérieur Priti Patel pour ses efforts dans l’élaboration de cette politique et nous avons eu un dialogue constructif à ce sujet », a-t-il déclaré.

De son côté, Priti Patel a déclaré que « le Royaume-Uni se tiendra aux côtés du peuple de Hong Kong et tiendra sa promesse de protéger et de faire respecter ses libertés ».

Le Royaume-Uni a créé le statut de BNO avant le retour de Hong Kong à la Chine en 1997. Ce document permet à ses résidents de demander une forme restreinte de nationalité britannique.

Londres a déjà assoupli les exigences pour permettre aux Hongkongais bénéficiant du statut BNO de venir en Grande-Bretagne avec leurs personnes à charge, leur permettant de rester et de travailler pendant cinq ans, puis de demander la citoyenneté à part entière.

Plus de 350 000 personnes ont actuellement un passeport BNO, et le gouvernement britannique estime qu’environ 2,9 millions sont éligibles au statut au total à Hong Kong.

Nathan Law, 27 ans, a déménagé en Grande-Bretagne quelques jours après avoir confirmé qu’il avait fui Hong Kong en raison de la mise en vigueur le 30 juin de la nouvelle loi sur la sécurité nationale de la Chine pour Hong Kong.

L’ambassade de Chine réagit

L’ambassade de Chine au Royaume-Uni a exprimé sa profonde inquiétude et sa ferme opposition à la rencontre entre la ministre britannique de l’Intérieur Priti Patel et Nathan Law, considéré comme un « activiste recherchant l’indépendance de Hong Kong ».

Big Ben and westminster bridge in London

La Chine exhorte Londres à corriger immédiatement son erreur et à prendre des mesures pour remédier à l’impact négatif de celle-ci.

Nathan Law, en tant que président fondateur de Demosisto, est recherché par la police de Hong Kong, soupçonné de sécession et de collusion avec des forces étrangères ou extérieures pour mettre en danger la sécurité nationale, a déclaré le porte-parole de l’ambassade de Chine dans un communiqué.

« La décision effrontée de la ministre britannique de l’Intérieur de rencontrer une personne recherchée par la police en Chine et d’accorder son soutien aux éléments de ‘l’indépendance de Hong Kong’ constitue une grave ingérence dans les affaires intérieures et la souveraineté judiciaire de la Chine, une grave violation du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales et une violation complète de la position du Royaume-Uni de ne pas soutenir ‘l’indépendance de Hong Kong' », a déclaré le porte-parole.

Le porte-parole a rappelé que depuis le retour de Hong Kong à la Chine, les principes « un pays, deux systèmes », « administration de Hong Kong par les Hongkongais » et un degré élevé d’autonomie ont été pleinement mis en œuvre et que les habitants de Hong Kong jouissent d’une démocratie et de libertés sans précédent.

« Bien que Hong Kong soit une région administrative spéciale de la Chine depuis 23 ans, le Royaume-Uni semble toujours incapable d’accepter ce fait … Cela reflète une mentalité coloniale typique ! », a-t-il ajouté.

L’ambassade de Chine a enfin exhorté le Royaume-Uni à mettre immédiatement fin à toute forme d’ingérence dans les affaires de Hong Kong, qui sont les affaires intérieures de la Chine.