mardi, juillet 23

L’UE prête à un bras de fer avec Pékin sur les voitures électriques

En dépit du risque de «froisser» la Chine, l’Union européenne a annoncé son intention de poursuivre son enquête sur les prix «artificiellement bas» des voitures électriques chinoise.

L’Union européenne a fait preuve d’unité face à la Chine, en annonçant poursuivre son enquête sur les subventions chinoises aux voitures électriques malgré la menace de représailles agitées le gouvernement chinois.

«Je suis confiant», a lancé le commissaire européen à l’Économie, Paolo Gentiloni, interrogé sur les risques de voir la première économie mondiale punir les entreprises européennes.

«Nous devons traiter ce problème avec sérieux. Il n’y a pas de raison spécifique pour des représailles, mais des représailles sont toujours possibles dans ce genre d’affaires», a-t-il déclaré lors d’une réunion des ministres de l’Économie et des Finances des Vingt-Sept, à Saint-Jacques-de-Compostelle (nord-ouest de l’Espagne).

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé le 13 septembre l’ouverture d’une enquête sur les subventions publiques chinoises aux automobiles électriques, afin de défendre l’industrie européenne face à des prix jugés «artificiellement bas».

Si, au terme de son enquête, la Commission constate des infractions aux règles commerciales, elle pourrait infliger des droits de douane punitifs aux véhicules chinois. Cette situation pourrait alors déclencher une guerre commerciale avec la Chine.

Français et Allemands prêts à se mettre la Chine à dos

Cette mesure «prise au nom d’une +concurrence loyale+» est «ouvertement du protectionnisme» et elle «aura un impact négatif sur les relations économiques et commerciales entre la Chine et l’Union européenne», a indiqué le ministère du chinois du Commerce.

Lire aussi : L’UE va lancer une enquête sur les subventions chinoises aux véhicules électriques

Le commerce avec la Chine représente moins de 2,5% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro, a indiqué Paolo Gentiloni, tout en reconnaissant que la situation était «très diverse» selon les États membres.

La France poussait ces derniers mois pour que l’UE s’affirme davantage face aux soupçons de mesures protectionnistes de la Chine. L’Allemagne, dont le marché chinois est incontournable pour son industrie automobile, est traditionnellement plus réservée. Mais, Berlin assume aussi le risque de froisser Pékin.

«S’il y a des doutes sur l’équité, il faut les examiner. Le commerce mondial est basé sur des règles et (elles) s’appliquent naturellement aussi aux véhicules électriques», a indiqué le ministre allemand des Finances, Christian Lindner.

La Chine représente le premier marché mondial pour les grandes marques de voitures allemandes comme Volkswagen, Audi, Mercedes ou BMW. Elle est aussi le premier débouché pour les géants français du luxe LVMH, Kering et Hermès. Mais, avec ses près de 450 millions d’habitants, l’Europe s’affiche sûre d’elle-même.

L’UE, la «superpuissance commerciale»

«Je pense que l’UE est une superpuissance commerciale mondiale», a lancé la ministre espagnole de l’Économie, Nadia Calvino, dont le pays assure depuis juillet la présidence tournante du Conseil de l’UE.

«Nous avons tout intérêt à disposer d’un cadre commercial fondé sur des règles qui évite toutes les mesures susceptibles d’affaiblir ou de mettre en péril l’égalité des conditions de concurrence entre les entreprises du monde entier», a-t-elle déclaré.

«Nous voulons simplement que tout le monde respecte les mêmes règles. C’est tout. Ce n’est pas contre la Chine qui est un partenaire économique important pour l’Europe», a souligné le ministre français Bruno Le Maire. Avec cette enquête, l’UE veut simplement «défendre les intérêts de ses entreprises», a-t-il dit.

Des experts estiment à environ 20% l’avantage en termes de coûts des véhicules chinois par rapport à la concurrence européenne. Bruxelles soupçonne des pratiques illégales, mais Pékin estime qu’il s’agit du résultat de ses investissements.

La Chine mise depuis longtemps sur les motorisations électriques dans l’automobile et a pris une longueur d’avance sur l’Europe notamment dans les technologies de batteries. Bruxelles souhaite retrouver son leadership et réduire les avancées de la Chine dans le secteur. Ses constructeurs s’appuient sur leur immense marché intérieur pour se développer désormais à l’étranger.

De nombreuses marques locales innovantes sont apparus ces dernières années en Chine (BYD, Geely, XPeng, Nio, Leapmotor). Elles rivalisent avec des constructeurs étrangers qui peinent à s’adapter, notamment les géants allemands.

Encore inconnues du grand public en Europe, les marques chinoises étaient cette année présentes en nombre au salon automobile de Munich en Allemagne début septembre.

Lire aussi : Le salon international de l’automobile de Shanghai va entrer dans une nouvelle ère

«Il s’agit d’un avantage concurrentiel acquis grâce à un travail acharné» et «le résultat d’une innovation technologique ininterrompue», a estimé le ministère chinois du Commerce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *