La Chine a envoyé plus de 600 avions militaires ont été repérés dans la zone aérienne depuis début 2021. Taïwan a vivement dénoncé l’incursion record du 4 octobre de 56 avions de l’armée chinoise dans sa zone de défense aérienne, après les déclarations des États-Unis sur les «provocations militaires» de Pékin dans cette région.

Le 2 octobre, Pékin avait envoyé 39 avions militaires survoler cette zone, suscitant la colère de Taiwan. Le ministère taïwanais de la Défense a indiqué qu’il avait fait décoller des appareils pour émettre des avertissements après que 36 chasseurs, 12 bombardiers ayant une capacité nucléaire H-6 et d’autres avions étaient entrés dans sa zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) du sud-ouest.

Lire aussi : Taïwan: 38 avions militaires chinois entre dans la zone Adiz

Quatre autres avions chinois ont plus tard, dans la nuit, pénétré dans cette zone qui est un espace aérien dans lequel un État souhaite identifier et localiser les aéronefs pour des raisons de sécurité nationale, portant leur nombre total à 56, selon le ministère.

De son côté, le Conseil des Affaires du Continent, le principal organe de décision de Taïwan en matière de politique à l’égard de la Chine, a accusé Pékin de «porter gravement atteinte au statu quo» dans le détroit de Taïwan.

«Nous exigeons des autorités à Pékin qu’elles cessent immédiatement leurs actions provocatrices non-pacifiques et irresponsables», a déclaré dans un communiqué son porte-parole, Chiu Chui-cheng, affirmant que Taïwan «ne cédera jamais» aux menaces.

Le 1 octobre, le jour de la fête nationale en Chine, un nombre record d’avions des forces aériennes chinoises, 38 au total, parmi lesquels un bombardier H-6 à capacité nucléaire, étaient entrés dans cette zone.

Le 2 octobre, un nouveau record avait été établi avec l’incursion de 39 appareils, selon le ministère taïwanais de la Défense. Le même jour, via un communiqué du département d’État, les États-Unis s’étaient dits «très inquiets» des «provocations militaires» de la Chine près de Taïwan, qu’ils avaient jugées «déstabilisatrices» pour la paix et la stabilité régionales.

«Nous exhortons Pékin à cesser ses pressions militaires, diplomatiques et économiques et sa coercition contre Taïwan», avait ajouté Washington, réaffirmant son «engagement indéfectible» aux côtés de Taiwan.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que les Etats-Unis devraient cesser de soutenir les forces séparatistes recherchant « l’indépendance de Taiwan » et prendre des mesures concrètes pour maintenir la paix et la stabilité à travers le détroit de Taiwan.

La porte-parole Hua Chunying a réagit à la déclaration en la matière de Ned Price, porte-parole du département d’Etat américain. Selon cette dernière, «Taiwan est une partie inséparable de la Chine, et il n’appartient pas aux Etats-Unis de faire des remarques irresponsables. Les remarques américaines connexes ont gravement violé le principe d’une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, envoyant des signaux extrêmement erronés et irresponsables».