Par Project Syndicate, de Paola Subacchi – L’accord «phase 1» récemment annoncé entre les États-Unis et la Chine a été présenté comme une étape importante vers un accord global mettant fin à la guerre commerciale qui sévit depuis plus d’un an.

Mais si vous pensez que le président américain Donald Trump est prêt à abandonner sa politique antagoniste envers la Chine, détrompez-vous. En fait, l’administration Trump envisage déjà de lancer une autre guerre étroitement liée à la Chine, cette fois sur les flux financiers.

Dans une économie mondiale fortement intégrée, le commerce et la finance sont les deux faces d’une même pièce. Les transactions commerciales transfrontalières reposent sur un système de paiement international qui fonctionne bien et sur un réseau solide d’institutions financières prêtes et capables d’octroyer des crédits. Cette infrastructure financière a été construite autour du dollar américain – la monnaie internationale la plus liquide et échangeable.

La position du dollar en tant que principale monnaie de réserve mondiale a longtemps procuré aux États-Unis ce que Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre des Finances français, a qualifié de «privilège exorbitant»: l’Amérique peut imprimer de la monnaie à un coût négligeable et l’utiliser pour acheter des biens et des services à l’échelle mondiale. Mais, avec l’ouverture des marchés mondiaux des capitaux, les États-Unis ont également acquis un effet de levier exorbitant sur le reste du monde.

Aujourd’hui, environ 80% du commerce mondial est facturé et réglé en dollars, et la plupart des transactions internationales sont finalement réglées via le système financier américain. Environ 16 millions d’ordres de paiement transitent quotidiennement par le réseau de la Société euro-américaine de télécommunication financière interbancaire (SWIFT).

Ainsi, les restrictions imposées par les États-Unis sur les flux de capitaux ont des effets plus profonds que tout autre droit de douane. Et pourtant, pour les imposer, il suffit d’invoquer la loi de 1977 sur les pouvoirs économiques d’urgence internationale (IEEPA), qui permet au président des États-Unis de déclarer une urgence nationale et de déployer toute une gamme d’outils économiques pour faire face aux menaces inhabituelles ou extraordinaires.

L’IEEEPA a constitué la base légale de nombreux programmes de sanctions américains, les présidents l’utilisant principalement pour bloquer des transactions et geler des actifs. Par exemple, dans les années 1980, le président Ronald Reagan a publié un décret en vertu de la loi IEEPA bloquant tous les paiements versés au Panama après qu’un coup d’État eut porté Manuel Noriega au pouvoir. (Les fonds destinés au Panama ont été détournés sur un compte séquestre ouvert auprès de la Réserve fédérale de New York.)

Donald Trump – qui s’est montré plus que disposé à crier «urgence» quand bon lui semble – a souvent cité l’IEEEPA, notamment pour justifier des droits de douane sur les importations en provenance du Mexique et faire valoir son autorité pour exiger que les entreprises américaines «commencent immédiatement à chercher une alternative en Chine ». Espérant chasser le président vénézuélien Nicolás Maduro, il a eu recours à l’IEEEPA pour geler les avoirs de la compagnie pétrolière publique PDVSA.

Donald Trump a également interdit aux investisseurs américains d’acheter toute dette appartenant au gouvernement du Venezuela ou de négocier des actions de toute entité dans laquelle elle détient une participation de contrôle. Pendant ce temps, Donald Trump a donné à Juan Guaidó, président par intérim soutenu par les États-Unis, l’accès aux actifs du gouvernement vénézuélien détenus par la Fed depuis que son prédécesseur, Barack Obama, les a gelés en 2015.

Contrairement à la croyance populaire, Donald Trump n’a pas imposé plus de sanctions que ses ancêtres. Mais il a trouvé des moyens particulièrement créatifs – tirant souvent parti de l’effet de levier financier disproportionné des États-Unis – pour veiller à ce que les mesures prises par son administration entraînent un préjudice maximal, quels que soient les effets sur les tiers. De même, la Russie est confrontée non seulement à des gels d’actifs standard et à des blocs de transactions, mais aussi à des restrictions en matière d’accès au système bancaire américain et à une exclusion des contrats d’achat.

La Chine, qui est déjà aux prises avec une baisse des exportations, des investissements peu productifs, une consommation faible et un ralentissement de la croissance, semble être la prochaine. L’administration Trump envisageait de restreindre les flux de portefeuille américains en Chine, notamment d’interdire aux fonds de pension américains d’investir sur les marchés des capitaux chinois, de radier les sociétés chinoises des bourses américaines et de limiter leur accès aux indices boursiers gérés par des sociétés américaines. La manière dont de telles politiques seraient mises en œuvre reste floue. Ce ne serait pas un exploit facile. Mais l’absence d’une stratégie bien définie n’a jamais arrêté Donald Trump auparavant, surtout lorsqu’il s’agit d’utiliser des leviers économiques pour faire avancer des objectifs géopolitiques.

Cette approche peut fonctionner à court terme, mais elle rattrapera certainement les États-Unis. L’armement répété du dollar par Trump sape la confiance des détenteurs d’actifs garantis par un dollar et vérifiés par les États-Unis. Combien de sociétés étrangères seront disposées à s’inscrire à une bourse américaine sachant qu’elles peuvent être radiées à leur guise? Et combien de non-résidents américains conserveront leurs actifs dans des banques américaines si une escarmouche géopolitique pouvait entraîner un gel?

La méfiance à l’égard des Etats-Unis s’accentuant, la dynamique de réforme monétaire internationale préconisée par la Chine au cours de la dernière décennie s’accélérera. Cela pourrait signifier d’élargir le rôle international d’autres monnaies, telles que l’euro ou, si la Chine le veut, le renminbi. Cela pourrait également conduire à la création d’un système monétaire alternatif, centré sur les besoins des pays en développement, en particulier des exportateurs de pétrole et de produits de base.

En élargissant le lien entre l’intérêt économique et la sécurité nationale, Trump encourage le découplage des deux plus grandes économies du monde et l’émergence d’un ordre mondial bipolaire dirigé par des hégémons rivaux. Au-delà de la fragmentation du système commercial et financier qui sous-tend l’économie mondiale depuis des décennies, le terrain serait préparé pour un conflit dévastateur.

Paola Subacchi, professeur d’économie internationale à l’Institut de politique globale Queen Mary de l’Université de Londres, est l’auteur de L’argent du peuple: Comment la Chine construit-il une monnaie mondiale?


Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Chine-Magazine.Com.