Taïwan pourrait boycotter le coton du Xinjiang

par | Mar 29, 2021 | Non classé

Avec les boycotts de grandes marques du coton provenant de la région autonome du Xinjiang pour dénoncer le «travail forcé» des Ouïgours, la ministre de l’Économie, Wang Mei-hua, a précisé que « Taïwan étant un pays démocratique qui respecte les droits de l’homme, le pays s’appuierait sur la décision de l’ONU comme référence ».

En dehors de cette décision internationale, Wang Mei-hua a souligné que les fabricants taïwanais se devaient de respecter la demande de leurs clients : «L’industrie taïwanaise se spécialise principalement dans le développement du tissu et des vêtements fonctionnels ainsi que dans la sous-traitance des marques internationales. Par conséquent, nos lignes de production procéderont aux ajustements nécessaires en fonction des exigences de la clientèle».

En Chine continentale, l’Association des consommateurs de Chine a indiqué que le « boycott » de certains organismes commerciaux internationaux et entreprises étrangères à l’égard du coton produit dans la région autonome Ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine) et des produits connexes, ont gravement blessé les sentiments des consommateurs chinois et porté atteinte aux droits et intérêts légitimes des consommateurs.

Le 27 mars, la dirigeante Tsai Ing-wen a exhorté la Chine à respecter les droits de l’homme. D’autant que les allégations selon lesquelles la minorité Ouïghoure de la région autonome du Xinjiang en Chine serait soumise au travail forcé ont attiré l’attention internationale.

Tsai Ing-wen a déclaré que « la manipulation du nationalisme et du patriotisme par le gouvernement chinois pour faire pression sur les entreprises n’est pas utile à l’objectif du pays de devenir une ‘partie prenante responsable’ dans le monde ».

« Les droits de l’homme sont des valeurs universelles. Nous appelons les autorités de la Chine à répondre directement aux préoccupations des Ouïghours en matière de droits de l’homme« , a-t-elle déclaré, ajoutant que le seul moyen pour la Chine de répondre aux préoccupations et aux critiques internationales est de mettre fin à une telle oppression.

La dirigeante a répondait à la controverse selon laquelle, suite aux critiques des pays occidentaux, les citoyens chinois ont appelé au boycott des marques occidentales, telles que le détaillant de mode H&M et les géants du sport Nike et Adidas.

En outre, l’indignation du public en Chine a conduit un certain nombre de célébrités du showbiz, y compris taïwanaises, à rompre leurs liens avec ces marques et la plate-forme d’achat en ligne à abandonner leurs produits.

De son côté, Johnny Chiang, président de la principale opposition taïwanaise Kuomintang (KMT), qui est perçue comme un parti politique favorable à la Chine, a souligné que « le KMT ne sacrifierait pas les valeurs de liberté, de démocratie et de droits de l’homme lorsqu’il s’engagera avec la Chine ».

Il a déclaré que « les droits religieux et du travail de tous les habitants du Xinjiang devraient être respectés et protégés, appelant les autorités chinoises à rendre transparentes les conditions de travail des travailleurs du coton dans la région ».

 

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :