Une juge américaine de San Francisco a rejeté le 23 octobre une demande du ministère de la Justice visant à annuler une décision permettant à Apple et à Google de continuer à proposer WeChat en téléchargement dans les app stores américains.

wechat gma application mobileWeChat compte en moyenne 19 millions d’utilisateurs actifs par jour aux États-Unis. Cette application est populaire chez les étudiants chinois, les Américains résidant en Chine et chez certains Américains ayant des relations personnelles ou commerciales avec la Chine.

La magistrate juge américaine Laurel Beeler a déclaré que les nouvelles preuves du gouvernement n’avaient pas changé son opinion sur l’application Tencent. Comme avec l’application vidéo chinoise TikTok, le ministère de la Justice a fait valoir que WeChat menaçait la sécurité nationale.

WeChat est une application mobile tout-en-un qui combine des services similaires à Facebook, WhatsApp, Instagram et Venmo. L’application est un élément essentiel de la vie quotidienne de nombreux chinois et compte plus d’un milliard d’utilisateurs.

Le ministère de la Justice a fait appel de la décision de Laurel Beeler autorisant l’utilisation continue de l’application mobile chinoise devant la Cour d’appel américaine du neuvième circuit, mais aucune décision n’est probable avant décembre.

Dans une action intentée par des utilisateurs de WeChat, Laurel Beeler a bloqué en septembre une commande du département américain du Commerce qui devait entrer en vigueur le 20 septembre et qui aurait nécessité la suppression de l’application des magasins d’applications américains.

L’ordonnance du département du Commerce interdirait également d’autres transactions américaines avec WeChat, rendant potentiellement l’application inutilisable aux États-Unis.

«Le dossier ne permet pas de conclure que le gouvernement a« étroitement adapté »les transactions interdites pour protéger ses intérêts de sécurité nationale», a indiqué Laurel Beeler

Cette dernière a déclaré que les preuves «étayent la conclusion selon laquelle les restrictions« imposent beaucoup plus de discours que nécessaire pour promouvoir les intérêts légitimes du gouvernement».

Les utilisateurs de WeChat ont fait valoir que le gouvernement recherchait «une interdiction sans précédent de tout un moyen de communication» et n’offrait que des «spéculations» sur les dommages causés par l’utilisation de WeChat par les Américains.