Un responsable américain a minimisé le risque que la Chine mette à exécution ses menaces de sanctionner des groupes de défense américains qui vendent des armes à Taïwan.

«Ce n’est pas la première fois que Pékin menace des compagnies américaines de sanctions», a déclaré Clarke Cooper, le responsable des questions de défense du département d’Etat. «Il y a eu des menaces et il y a eu des provocations à ce sujet», a-t-il précisé à quelques journalistes.

La Chine a annoncé le 26 octobre des sanctions contre Lockheed Martin et la division de défense de Boeing fabriquant des missiles que Washington a décidé de vendre à Taïwan, territoire que la Chine considère comme l’une de ses provinces.

Lire aussi : Vente d’armes à Taïwan : la Chine sanctionne des entités américaines

Washington a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 pour reconnaître la Chine, mais les Etats-Unis ont adopté la même année une loi stipulant qu’ils devront aider Taïwan à se défendre en cas de conflit. Depuis, Washington reste l’allié le plus puissant de la République de Chine et son fournisseur d’armes numéro un.

Lire aussi : Washington confirme sa vente d’arme à Taïwan

La Chine menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance ou d’intervention extérieure, et les Etats-Unis veulent donner à la République de Chine une capacité de défense crédible face à une potentielle invasion de l’armée chinoise.

«La sécurité de Taïwan est essentielle à la stabilité de la région indo-pacifique», a ajouté Clarke Cooper, rappelant que la Chine a toujours su que Washington continuerait à vendre des armes à l’île.

Accusant la Chine d’utiliser des tactiques d’intimidation, il a conclu que «ce sont eux, les provocateurs, pas Taïwan qui cherche à assurer son auto-défense».