Le chef d’état-major de l’armée zimbabwéenne a effectué une visite en Chine, dans un contexte particulier.  L’armée a pris le pouvoir par coup d’état le 15 novembre au Zimbabwe, alors que le général Constantino Chiwenga avait rencontré le 10 novembre à Beijing le ministre de la défense, Chang Wanquan, en vue de renforcer les  relations bilatérales.

De retour à Harare, le général Constantino Chiwenga avait adressé le 13 novembre un avertissement sans précédent au parti au pouvoir, la Zanu-PF.  Quelques heures plus tard, l’armée zimbabwéenne annonce avoir pris le contrôle de toutes les institutions du gouvernement. Le président zimbabwéen Robert Mugabe, âgé de 93 ans, et son épouse seraient assignés à résidence.

Pour le quotidien chinois proche du pouvoir, le Global Times, « l’incident … ne devrait pas avoir d’impact sur les relations entre la Chine et le Zimbabwe ». Lors d’un point presse le même jour, les médias présents ont demandé au porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Geng Shuang, si les autorités étaient au courant des intentions du  général Chiweng.

Ce dernier a invité la presse à poser la question au ministère de la Défense. La seule information donnée par Geng Shuang est que la visite du général zimbabwéen en Chine « entrait dans le cadre des échanges normaux sur le plan militaire entre la Chine et le Zimbabwe ».  

Beijing tient à conserver « son amitié » avec le Zimbabwe

Les dirigeants chinois entretiennent des relations depuis la fin des années 1970 et depuis 2003, ils ont développé des relations commerciales très étroites avec le président zimbabwéen, Robert Mugabe.

Marginalisé par les puissances occidentales, Robert Mugabe a toujours pu compter sur le soutien de la Chine. Premier investisseur et fournisseur de devise, la Chine fait tout pour que les relations bilatérales restent stables et durables.

« La politique d’amitié de la Chine envers le Zimbabwe ne changera pas, en dépit de la situation actuelle dans ce pays africain« , a assuré Geng Shuang, qui espère « sincèrement que la situation au Zimbabwe se stabilisera et que les questions seront réglées de manière pacifique et appropriée« .

En réponse à une question sur les investissements chinois au Zimbabwe, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères a indiqué que « la coopération amicale entre la Chine et le Zimbabwe était globale, bénéficiant au peuple des deux pays« .

Ce dernier a ajouté que son gouvernement allait continuer de « faire progresser la coopération amicale avec le Zimbabwe en conformité avec le principe d’égalité, de réciprocité et de coopération gagnant-gagnant ».