1er octobre : «Journée de colère» à Hong Kong

par | Oct 1, 2019 | Hong Kong, POLITIQUE

Alors que les festivités battent leur plein à Beijing, à 2000 km au sud de la capitale, des manifestants hongkongais ont appelé à une « journée de colère« , ce 1er octobre.

«Nous nous attendons à ce que la situation demain soit très, très dangereuse», a averti le 30 septembre John Tse, haut responsable de la police locale dans le territoire autonome.

Ce dernier a indiqué que «les émeutiers radicaux sont en train d’élever leur niveau de violence. La profondeur et l’ampleur de leurs violences et de leurs projets montrent qu’ils se livrent de plus en plus à des actes de terrorisme».

Au petit matin, le 1er octobre, les autorités de Hong Kong ont intensifié les contrôles d’identité et les fouilles dans les rues et les transports en commun. De plus, plus d’une douzaine de stations de métro ont été fermées, par crainte de débordement.

Les manifestants ont profité des célébrations pour crier leur ressentiment à l’encontre du gouvernement chinois, et dénoncer le recul des libertés et la violation du principe «Un pays, deux systèmes» qui avait présidé à la rétrocession de 1997. Or la veille, le président Xi Jinping avait assuré le respect de l’autonomie de l’île et de son principe.

Malgré cette déclaration et les interdictions des autorités, des petits groupes de manifestants se sont retrouvés dans l’après-midi dans une douzaine de quartiers du territoire semi-autonome. La police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur des groupuscules radicaux dans au moins quatre quartiers.

A Tsuen Wan, quartier dans les Nouveaux Territoires, des manifestants masqués et armés de parapluies et de bâtons s’en sont pris à des policiers anti-émeutes qui procédaient à des interpellations. Les policiers ont battu en retraite dans une mairie voisine après avoir reçu une pluie de projectiles.

Selon les autorités, des manifestants ont jeté sur les forces de l’ordre un liquide corrosif à Tuen Mun, ville au nord-ouest de Hong Kong. Dans le quartier populaire de Wong Tai Sin, la police a brièvement tiré des gaz lacrymogènes contre des manifestants qui bloquaient des routes.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :