Avec notre stagiaire Maire-Loi Cazillac – Le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré que, malgré les critiques de la Chine à l’égard de l’Australie, les forts échanges commerciaux entre les deux pays témoignent du développement continu de leurs relations.

Le Premier ministre australie Scott Morrison

Réagissant aux accusations du parti de l’opposition australien, le parti travailliste, d’utiliser des remarques alarmistes pour rechercher des avantages politiques intérieurs, le Premier ministre Scott Morrison a souligné que, malgré les critiques de la Chine, elle entretenait de fortes relations commerciales avec l’Australie.

Lire aussi : La Chine suspend un accord économique avec l’Australie

Selon l’agence de presse Reuters, les relations sino-australiennes sont tombées au plus bas depuis plusieurs décennies. Après que Scott Morrison ait pris les devants en demandant une enquête mondiale sur l’origine du coronavirus, la Chine a restreint les importations de produits australiens tels que l’orge, le vin et le bœuf.

Mais pour Scott Morrison, les ventes d’autres produits montrent que la relation entre les deux pays ne s’est pas effondrée.

Lire aussi : Le Premier ministre australien de l’Ouest veut réparer les relations avec la Chine

«Les relations bilatérales existent toujours, le volume des échanges n’a d’ailleurs jamais été aussi élevé. C’est une preuve, qu’après tout, la relation sino-australienne a encore beaucoup de valeur», a déclaré Scott Morrison dans une interview au Sydney Morning Herald.

La Chine est le premier partenaire commercial de l’Australie. Au cours des 12 derniers mois, l’Australie a exporté 149 milliards de dollars australiens (95 milliards d’euros) de marchandises vers la Chine, soit une baisse de 0,6% par rapport à l’année précédente. Cependant, les exportations vers la Chine ont été soutenues par les prix élevés du minerai de fer, principale exportation de l’Australie vers la Chine.

Lire aussi : Les investisseurs de la Chine se détournent de l’Australie

De son côté, Penny Wong, la ministre des Affaires étrangères du Cabinet fantôme de l’opposition travailliste australienne, l’avait accusé de se livrer à de l’opportunisme politique dans les affaires étrangères.

«Ce qui m’inquiète, c’est que, non seulement il n’a pas entièrement saisi l’intérêt des relations sino-australiennes, mais il n’a même pas cherché à les comprendre», a déclaré Penny Wong le 19 mai, lors du lancement d’un nouveau livre. «Tout ce qui l’intéresse, c’est les intérêts politiques nationaux», a indiqué cette dernière.

Le Parti travailliste australien a soutenu la décision du gouvernement de prendre une position plus ferme avec la Chine, mais les récents avertissements des représentants du gouvernement ont augmenté la possibilité d’un conflit avec la Chine et affaibli l’unité entre le Parti travailliste et le Parti Libéral au pouvoir.

«La priorité des dirigeants nationaux est la sécurité des citoyens. Ils ne peuvent pas garantir notre sécurité s’ils battent les tambours de guerre contre la Chine», a-t-elle ajouté.

En Chine, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a indiqué que «la Chine espère que le gouvernement australien fera face au noeud des revers concernant les relations entre la Chine et l’Australie, prendra au sérieux les préoccupations de la Chine et tiendra compte des voix rationnelles».

Ce dernier a réagit aux propos d’Innes Willox, directeur général de l’Australian Industry Group, qui a appelé la partie australienne à apaiser les tensions avec la Chine par la négociation et la diplomatie, ainsi qu’à éviter les propos incendiaires.

«Depuis un certain temps, le gouvernement australien a pris à plusieurs reprises des positions provocatrices et conflictuelles sur des questions concernant les intérêts et les préoccupations de la Chine, telles que les questions liées à Hong Kong, au Xinjiang et à Taiwan», a indiqué Zhao Lijian.

Ce dernier a ajouté que «cela a sérieusement nui à la confiance politique mutuelle et au fondement de la coopération entre les deux pays». Le porte-parole de la diplomatie chinois a noté que «de plus en plus de personnes en Australie ont appelé le gouvernement australien à réfléchir à sa politique concernant la Chine tout en proposant de précieuses suggestions».

«La Chine espère que le gouvernement australien abandonnera la mentalité de la guerre froide et les préjugés idéologiques, et qu’il fera davantage pour favoriser la confiance mutuelle et la coopération, conformément au partenariat stratégique global Chine-Australie», a assuré Zhao Lijian.