Cuba a fait une déclaration commune, au nom de 45 pays, en soutien aux mesures de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation prises par la Chine dans la région autonome du Xinjiang.

Lors du débat général de la 3ème Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies, la représentation cubaine a lu une déclaration commune a proposé que toutes les parties promeuvent et protègent les droits de l’homme par le biais d’un dialogue et d’une coopération constructifs. Elle s’est opposé fermement à la politisation des questions relatives aux droits de l’homme et à la pratique des deux poids deux mesures.

Par la voix de Cuba, ils ont estimé que les mesures prises par la Chine visent à répondre à la menace du terrorisme et de l’extrémisme ont été mises en œuvre dans le cadre de la loi pour protéger les droits humains de tous les groupes ethniques de la province.

La déclaration commune a salué la Chine pour « sa poursuite d’une philosophie centrée sur la population en faisant progresser le développement économique et social durable, en éradiquant la pauvreté, en augmentant l’emploi, en améliorant le niveau de vie de la population et en promouvant et protégeant les droits de l’homme ».

« La Chine a maintenu l’ouverture et la transparence en invitant, entre autres, plus de 1.000 diplomates, fonctionnaires d’organisations internationales, journalistes et personnalités religieuses à visiter le Xinjiang, qui ont été témoins des remarquables réalisations de cette région », peut-on lire dans la déclaration commune.

Les dirigeants, cités par Cuba, ont indiqué avoir noté l’invitation de la Chine auprès de la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, à se rendre dans le Xinjiang et que les deux parties maintiennent des contacts à ce sujet.

La Russie, la Syrie, la Corée du Nord, le Venezuela et Cuba figurent parmi les pays signataires de la déclaration cubaine.