Cheung Kim-hung, directeur général de Next Digital Limited à Hong Kong, a déclaré qu’il ne pouvait pas retirer ou virer de l’argent depuis son compte personnel au sein de la banque HSBC.

HSBC (Hong Kong & Shanghai Banking Corporation – 香港上海汇丰银行) est un groupe bancaire international britannique présent à Hong Kong, Taïwan et en Chine continentale.

Cheung Kim-hung, haut-responsable de médias hongkongais, a affirmé que le groupe bancaire HSBC à Hong Kong avait gelé son compte après son arrestation et celles d’autres membres de médias, en vertu d’une nouvelle loi de sécurité nationale.

Le directeur général de Next Digital Limited a écrit un texte publié dans le plus grand quotidien pro-démocratie de Hong Kong appartenant du groupe, Apple Daily, qu’il ne pouvait pas retirer ou virer de l’argent depuis son compte personnel chez la banque HSBC, même si sa carte de crédit fonctionnait toujours.

« La banque ne m’a pas averti », a expliqué Cheung Kim-hung, précisant que « j’ai découvert que certaines fonctionnalités n’étaient inutilisables que quand je souhaitais les utiliser ».

Lire aussi : HSBC nie toute collaboration avec les États-Unis pour «tendre un piège» à Huawei

Cette annonce intervient alors que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait critiqué HSBC pour avoir maintenu les comptes de responsables de Hong Kong sous le coup de sanctions de la part de Washington, tout en gelant les comptes de ceux aspirant à la liberté.

« Les États-Unis sont consternés d’apprendre que le Parti communiste chinois continue de malmener nos amis britanniques et leurs dirigeants d’entreprises », a écrit Mike Pompeo sur Twitter, en référence à la pression que les banques basées à Hong Kong ont subi de la part de Pékin.

Mark Simon, conseiller du magnat des médias à Hong Kong Jimmy Lai, a déclaré au quotidien chinois South China Morning Post que HSBC avait gelé les comptes personnels et les cartes de crédit de ce dernier. Même si les comptes du groupe Next Digital fonctionnaient toujours.

Selon Cheung Kim-hung, le gel est intervenu après le 10 août, le jour où près de 200 policiers ont effectué une descente dans la salle de rédaction d’Apple Daily et arrêté une dizaine de responsables.

Six des 10 personnes arrêtées, dont Jimmy Lai et la militante Agnes Chow, ont été accusées de «collusion avec des forces étrangères», un nouveau délit créé par la loi sur la sécurité nationale adoptée par la Chine pour Hong Kong.

Les banques internationales se sont retrouvés entre deux chaises sur la question du futur de Hong Kong, avec d’un côté les États-Unis et de l’autre la Chine.

Le président américain Donald Trump a signé un projet de loi soutenu par les Républicains et les Démocrates, de sanction de responsables de Chine continentale et Hong Kong impliqués dans la répression des libertés politiques à Hong Kong.

Cependant, la nouvelle loi de sécurité nationale interdit également aux entreprises de Hong Kong de se plier aux sanctions de pays étrangers.