Le différend entre la France et la Chine s’est intensifié le 15 avril, alors que des sénateurs français ont exigé de savoir pourquoi un article contenant des déclarations qu’ils estiment fausses était encore sur le site internet de l’ambassade de Chine.

L’article en français publié par l’ambassade de Chine en France commente la réponse de la France et d’autres pays occidentaux à l’épidémie de coronavirus.

Un diplomate anonyme y suggère que des soignants des maisons de retraite occidentales – utilisant le terme français EHPAD – auraient abandonné leur travail, laissant les résidents mourir.

Le 14 avril, le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a convoqué l’ambassadeur de Chine pour exprimer sa désapprobation, tout en rappelant les bonnes relations qu’il entretient avec son homologue chinois.

A lire aussi : Paris convoque l’ambassadeur de Chine, Lu Shaye

« Face au virus et à ses conséquences sur nos économies, il n’y a pas de place pour la controverse », a-t-il dit.

Néanmoins, le 15 avril, lors d’une audition parlementaire avec Le Drian, plusieurs sénateurs ont exprimé leur consternation face aux propos du diplomate. Ils ont nié l’existence d’une telle déclaration et ont exigé de savoir ce que le ministre avait dit à l’ambassadeur chinois.

Jean-Yves Le Drian a éludé ces questions, citant les propos du porte parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, publiés en réponse sur le site de l’ambassade: « Nous souhaitons qu’il n’y ait pas de malentendu : la partie chinoise n’a jamais fait de commentaire négatif sur la gestion française de l’épidémie, et n’a aucune intention de le faire. »