Fu Ying, porte-parole de la session annuelle de la 12e Assemblée populaire nationale, a annoncé l’intention du gouvernement d’augmenter d’environ 7% cette année le budget de la défense, conformément « au développement économique et aux besoins de la défense de la Chine ».

« La construction de la capacité militaire chinoise se poursuivra. C’est la condition pour sauvegarder la souveraineté et la sécurité de la nation », a expliqué Fu Ying lors d’une conférence de presse.

Selon le rapport budgétaire présenté lors de la session parlementaire, le budget de la défense en 2016 devait augmenté de 7,6% pour atteindre 954 milliards de yuans (18 mds €).

Fu Ying, porte-parole de la session annuelle de la 12e Assemblée populaire nationale

La porte-parole de la session parlementaire a précisé que les dépenses de la défense allait représenter 1,3% du PIB du pays. Cette hausse pourrait s’expliquer par l’intensification de la situation en mers de Chine (méridionale et orientale), dont les îles et îlots sont  le sujet de conflit territoriaux entre la Chine et ses voisins, comme le Japon, les Philippines, le Vietnam, le Brunei et la Malaisie, entre autre.

Toutefois, Fu Ying a indiqué que le gouvernement « préconisait le dialogue et des solutions pacifiques pour traiter ces questions ». Bien que « nous devons aussi avoir la capacité de défendre notre souveraineté, nos droits et nos intérêts. En particulier, nous devons nous protéger de forces extérieures qui s’ingéreraient dans de telles questions« , a-t-elle souligné.

Car si la Chine a multiplié par 10 son budget de la défense en 15 ans, il reste loin derrière celui des États-Unis, qui détient un budget de 604,5 milliards de dollars (575 milliards d’euros), d’après l’Institut international pour les études stratégiques (IISS), basé à Londres.

Cette hausse budgétaire est justifiée par l’annonce du président américain, Donald Trump, de renforcer davantage le budget pour les forces armées en augmentant de 54 milliards de dollars (7 mds €) les dépenses militaires, soit une hausse de 10% sur un an.

En ce qui concerne les différents territoriaux, « je pense que nous devons également prendre en considération les intentions de la partie américaine », a indiqué Fu Ying,  qualifiant les actions des Etats-Unis en mer de Chine méridionale de « girouette » pour la région.

Pour cette dernière, « Washington s’inquiète peut-être du fait que la Chine puisse rattraper ou dépasser les Etats-Unis en termes de capacité », notant qu’il existait un large écart entre les deux pays.