L’inflation a atteint 4,5% en novembre en rythme annuel, soit son niveau le plus élevé depuis 2012, en raison de l’augmentation des prix du porc.

Les prix de la viande de porc, la plus consommée du pays, ont plus que doublé en novembre (+110,2% sur un an). Le cheptel chinois s’est décimé suite à une épidémie de peste porcine africaine.

Apparu en août 2018 dans le nord-est du pays, le virus s’est propagé dans la plupart des régions. Officiellement, plus d’un million de porcs sont morts ou ont été abattus depuis le début de l’épidémie.

A lire aussi : Le pouvoir d’achat miné par la hausse du prix du porc

Mais ce chiffre serait largement sous-estimé, selon plusieurs analystes. La flambée des prix du porc a entraîné la consommation d’autres viandes. Ainsi, le prix du bœuf a ainsi bondi de 22,2% sur un an en novembre et celui de l’agneau de 14,3%.

De leur côté, les prix à la production ont également diminué en novembre, nouvelle preuve de l’impact de la guerre commerciale avec les États-Unis sur l’économie du pays.

L’indice des prix sortie d’usine est tombé en novembre à -1,4% sur un an (contre -1,6% en octobre). Les prévisions d’un groupe d’analystes interrogés par Bloomberg tablaient toutefois sur une baisse plus prononcée (-1,5%).