La récente décision de la Chine de rompre toutes activités en lien avec le Dialogue Chine-Australie découle des «abus» de l’Australie pour des raisons de sécurité nationale, selon les autorités chinoises.

En effet, la Chine a dénoncé la nouvelle position australienne vis-à-vis de  la coopération Chine-Australie, «portant gravement atteinte à la confiance mutuelle entre les deux pays, tout comme au fondement des échanges et à la collaboration ordinaires», selon les autorités chinoises.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a assuré que «la Chine doit apporter une réponse nécessaire et légitime, alors que l’Australie doit en assumer l’entière responsabilité».  

La décision de la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) de la Chine de suspendre  toutes les activités dans le cadre du Dialogue économique stratégique Chine-Australie «a été prise en raison de l’attitude actuelle du gouvernement du Commonwealth d’Australie à l’égard de la coopération sino-australienne», d’après cette dernière.

« La Chine pense toujours que les relations saines et stables entre les deux payse servent les intérêts fondamentaux des deux parties », a indiqué Wang Wenbin, ajoutant que la coopération Chine-Australie «est réciproquement bénéfique et gagnant-gagnant».

«En outre, le respect et la confiance mutuels sont les conditions préalables pour le dialogue et la coopération pragmatique entre les pays», a souligné le porte-parole de la diplomatie chinoise.

«Depuis un certain temps, l’Australie, ignorant la position solennelle et les représentations répétées de la Chine, abuse des prétendues raisons liées à la sécurité nationale». Depuis 2018, les relations entre la Chine et l’Australie sont extrêmement tendues. Canberra a interdit au géant chinois des télécommunications, Huawei, de travailler sur son réseau 5G.

Par la suite, le gouvernement australien a demandé une enquête internationale en Chine pour trouver l’origine du coronavirus, qui sévit actuellement dans le monde. Cet appel a suscité une vive colère de la Chine, qui a menacé de boycotter le pays.

E nombreux différents ont immergé enter la Chine et l’Australie : la situation à Hong Kong, Taïwan et au Xinjiang. De concerte avec les Etats-Unis et le Canada, Canberra a qualifié de «génocide» la politique de la Chine dans la région autonome du Xinjiang, notamment le traitement réserver aux Ouïghours.

Lire aussiL’Australie annule les accords de l’initiative des routes de la soie, la Chine dénonce

La Chine taxe les vins australiens

De son côté la Chine a imposé ou interdit l’importation de produits australiens : bœuf, vin, orge, … secteurs cruciaux à l’activité économique australienne.

Lire aussi : De nouvelles taxes imposées par la Chine au vin australien

«La Chine a intensifié les restrictions ainsi que la répression contre des projets actuels et résultats de la coopération entre la Chine et l’Australie dans les domaines tels que l’économie, le commerce ou les sciences humaines», a souligné Wang Wenbin.

Ce dernier a précisé que «cela a gravement porté atteinte à la confiance mutuelle entre la Chine et l’Australie, ainsi qu’au fondement des échanges et de la coopération ordinaires».

Dans un tel contexte, la Chine exhorte «l’Australie à abandonner la mentalité de la Guerre froide et le parti-pris idéologique, à adopter une vision objective sur le développement de la Chine et la coopération sino-australienne, à revenir immédiatement à la rationalité, à corriger ses erreurs et à changer de cap, à arrêter la répression déraisonnable sur la coopération sino-australienne, à cesser de politiser et de stigmatiser les échanges normaux entre les deux pays, et à se retenir d’aller plus loin dans la mauvaise voie».