« La Chine condamne fortement et s’oppose fermement à une motion liée au Xinjiang adoptée par la Chambre des communes du Canada, et a déposé des représentations solennelles auprès de ce dernier », a annoncé Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Wang Wenbin, porte parole de la diplomatie chinoise

Ce dernier a commenté le vote de la Chambre des communes du Canada qui a adopté une motion exhortant le gouvernement de Justin Trudeau à déclarer un « génocide » au Xinjiang commis par la Chine, ainsi que des contre-mesures aux Jeux olympiques d’hiver 2022.

Lire aussi : Le «génocide» contre les ouïghours en Chine reconnu par le Parlement canadien

« La motion concernée a ignoré les faits et le bon sens et a délibérément dénigré et sali la Chine. Elle a gravement violé le droit international et les normes fondamentales des relations internationales et s’est largement ingérée dans les affaires intérieures de la Chine », a déclaré Wang Wenbin, lors d’une conférence de presse hebdomadaire.

Ce dernier a indiqué que « l’essence des problèmes liés au Xinjiang est la lutte contre le terrorisme et la déradicalisation », Wang Wenbin a indiqué que « le Xinjiang de la Chine applique fidèlement le Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent des Nations unies ».

Ce plan tire – selon le porte-parole – les leçons de pratiques similaires dans d’autres pays, afin d’effectuer une déradicalisation conformément à la loi. Il respecte pleinement les principes et l’esprit de la stratégie anti-terroriste mondiale des Nations unies, a souligné Wang Wenbin.

Lire aussi : Ouïghour : le Canada et d’autres pays se concertent sur le mot «génocide»

« Grâce aux efforts de tous les groupes ethniques, le Xinjiang n’a signalé aucun cas de terrorisme violent depuis plus de quatre années consécutives« , a souligné Wang Wenbin, ajoutant que le Xinjiang « jouit d’une stabilité sociale et de progrès stables, et que les habitants apprécient leur vie et leur travail ».

Ce dernier a rappelé que la population ouïgoure dans le Xinjiang est passée de 10,17 millions en 2010 à 12,72 millions en 2018, soit une augmentation de 25,04%, plus élevée que la croissance de la population totale du Xinjiang et celle de tous les groupes ethniques minoritaires, ainsi que celle de la population Han.

« Les faits ont prouvé qu’il n’y a jamais eu de génocide au Xinjiang », a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise, ajoutant qu’il s’agit « d’un mensonge du siècle, délibérément concocté par des forces anti-chinoises extrêmes, ainsi qu’une farce ridicule pour salir la Chine ».

Lire aussi : L’ambassade de Chine au Canada met en garde les parlementaires

Les Ouïgours sont l’une des 56 ethnies recensées en Chine. Principalement musulmans turcophone, parlant pour la plupart une langue apparentée au turc, ils constituent un peu moins de la moitié des 25 millions de personnes vivant au Xinjiang.

« Certains hommes politiques canadiens politisent ouvertement le sport, ce qui va à l’encontre de l’esprit de la Charte olympique et porte atteinte aux intérêts du mouvement olympique international et des athlètes de divers pays », selon le porte-parole.

« Certains Canadiens doivent abandonner la paranoïa anti-chinoise et traiter la Chine objectivement plutôt que de se livrer à une vision dépassée de la confrontation idéologique. Ils ne doivent pas placer les batailles politiques intérieures ou les intérêts de leurs partis au-dessus de l’ensemble des relations sino-canadiennes ».

« Le Canada a toujours exprimé sa volonté de défendre des valeurs, mais l’une des valeurs les plus importantes est de respecter les faits », a indiqué Wang Wenbin.

« Les hommes politiques canadiens qui s’engagent dans des manipulations politiques sur les questions liées au Xinjiang sous couvert de droits de l’homme et qui diffusent ouvertement de fausses informations et des mensonges ne se sont jamais rendus au Xinjiang, ni même en Chine. C’est précisément piétiner les valeurs que le Canada a toujours vantées », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères a souligné que les questions liées au Xinjiang « font purement partie des affaires intérieures de la Chine, et que le Canada n’a aucun droit de s’y ingérer. La détermination de la Chine à défendre sa souveraineté nationale, sa sécurité et ses intérêts de développement est inébranlable ».

« La Chine répondra résolument à toute action qui porte atteinte aux intérêts du pays », a conclu le porte-parole.