Le géant chinois des télécommunications Huawei a reçu une licence de paiement mobile en Chine via une acquisition, étendant sa présence dans un secteur lucratif.

Cette nouvelle action de Huawei pourrait concurrencer la domination d’Ant Group et de Tencent sur le marché, et qui ont récemment attiré l’attention des régulateurs.

Selon un article publié par le China Securities Journal, Huawei a acquis cette licence en achetant le fournisseur de paiement numérique Shenzhen Sharelink Network Co. Les données du fournisseur d’informations sur les sociétés Tianyancha ont également montré que Huawei détenait désormais 100% de Sharelink.

Huawei est présent dans le domaine du paiement mobile depuis plusieurs années, mais la licence pourra l’aider à éviter de travailler avec Alipay ou WeChat ainsi qu’à économiser une grande quantité de frais pour des tiers, a expliqué au Global Times, Liu Dingding, un analyste technologique indépendant.

En août 2016, Huawei a commencé à exploiter Huawei Pay, un service de paiement qui utilise la technologie de communication en champ proche (NFC). Mais le fournisseur de cartes bancaires China UnionPay était responsable du traitement des transactions.

Or «avec la nouvelle licence, Huawei pourrait être en mesure d’exploiter des magasins en ligne avec son propre système financier ou d’offrir des services payants via sa vaste gamme d’équipements sans payer de commissions à des sociétés de paiement tierces», a expliqué Ma Jihua, un analyste indépendant de l’industrie technologique basé à Beijing.

OUtre Huawei, le fabricant de smartphones Xiaomi, mais aussi ByteDance et la plateforme de commerce électronique Pinduoduo ont tous reçu des licences de paiement.

«Avec sa grande base d’utilisateurs de téléphones, son écosystème et ses logiciels complets, Huawei a un avantage dans le développement du secteur des paiements et constitue une menace pour ses homologues», a indiqué Liu Dingding.

A l’heure actuelle, Huawei a un long chemin à parcourir pour concurrencer Alipay et WeChat. Son entrée tardive sur le marché lui apporte certains défis de taille, ont souligné des analystes, attestant que Huawei avait déjà pris l’initiative de ces difficultés sur la scène future du paiement mobile.

En effet, lors du lancement de sa série de téléphones Mate 40 en octobre 2020, Huawei a déclaré que la série était le premier smartphone au monde à prendre en charge les portefeuilles matériels numériques en yuan, ouvrant la voie à l’utilisation de la monnaie numérique chinoise qui est en train d’être rapidement développée par la Banque populaire de Chine.

Ma Jihua a dit penser qu’il existe également des possibilités pour Huawei de promouvoir son mode de paiement sur le marché international, mais Huawei devra encore coopérer avec les autorités financières locales d’autres pays.