Les États-Unis devraient reconnaître Taïwan comme «pays libre et souverain», a estimé l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo dans un discours lors de sa visite de l’île.

Mike Pompeo, l’un des conseillers de l’ancien président Donald Trump les plus critique à l’égard de la Chine, est arrivé pour une visite à Taiwan, au moment où les tensions entre Washington et Pékin s’accroissent au sujet de l’île.

Selon Mike Pompeo, se Washington doit continuer à dialoguer avec Pékin en tant que gouvernement souverain, offrir à Taïpei une reconnaissance diplomatique «ne peut plus être ignoré, évité ou traité comme secondaire».

Ce dernier a indiqué, dans un discours devant un groupe de réflexion local, être « d’avis que le gouvernement des États-Unis devrait immédiatement prendre les mesures nécessaires et attendues depuis longtemps pour faire ce qui est juste et évident, c’est-à-dire offrir à la République de Chine (nom officiel de Taïwan, ndlr) la reconnaissance diplomatique des États-Unis en tant que pays libre et souverain ».

Washington reste le plus important allié et fournisseur d’armes de Taïwan bien que reconnaissant diplomatiquement Pékin et non plus Taïpei depuis 1979.

Lire aussi : Joe Biden a approuvé la vente d’arme à Taïwan

Pour Mike Pompeo, il ne s’agit pas « de l’indépendance future de Taïwan, mais de la reconnaissance d’une réalité indubitable et déjà existante ». La Chine considère Taïwan comme une partie de son territoire qui sera réunifié, après des décennies de gouvernance autonome.

La Chine a déjà averti qu’une déclaration formelle d’indépendance pourrait conduire à un conflit armée. D’autant plus que l’actuelle dirigeante de Taïwan Tsai Ing-wen, qui a gagné deux fois les élections, vient d’un parti historiquement en faveur d’une indépendance, mais elle nuance délibérément sa propre position.

Lire aussi : Tsai Ing-wen appelle la Chine à cesser son «aventurisme militaire»

Cette dernière estime qu’il n’est pas besoin de déclarer l’indépendance, car Taïwan est déjà un pays souverain appelé République de Chine (Taïwan). Mike Pompeo a d’ailleurs repris cet argument dans son discours.

«Comme beaucoup de vos dirigeants passés et présents l’ont clairement indiqué, il n’y a pas besoin pour Taïwan de déclarer son indépendance car c’est déjà une nation indépendante. Son nom est la République de Chine (Taïwan)», a-t-il déclaré.

«Le peuple et le gouvernement des États-Unis devraient accepter simplement cette chose fondamentalement convenable et moralement juste. C’est facile. Le peuple taïwanais mérite le respect du monde entier pour avoir poursuivi sur cette voie libre, démocratique et souveraine».

PÉKIN S’ÉNERVE

Une porte-parole chinoise a déclaré que « les remarques erronées liées à la région chinoise de Taiwan faites par l’ancien secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, étaient un nouveau rappel de sa vraie nature et de ses intentions malveillantes ».

Zhu Fenglian, porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil des Affaires d’Etat, a indiqué que « ces remarques absurdes de M. Pompeo, qui étaient les mêmes vieux mensonges mis en avant par l’autorité du Parti démocrate progressiste de Taiwan, sont une pure absurdité », notant qu’il « n’était donc pas étonnant qu’un homme qui s’est publiquement vanté de son aptitude à mentir, tricher et voler, fasse de telles remarques ».

TAÏWAN HONORE MIKE POMPEO

De son côté, Tsai Ing-wen a décoré l’ancien secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, en reconnaissance de son soutien de longue date à la participation internationale de Taiwan et de sa contribution exceptionnelle à l’avancement des relations taïwano-américaines.

Tsai Ing-wen a décoré le 3 mars Mike Pompeo dans l’ordre de l’Etoile brillante avec Grand Cordon spécial, le grade le plus prestigieux dans cet ordre civil récompensant les contributions exceptionnelles au développement de la Nation.

En accueillant Mike Pompeo et son épouse Susan, Tsai Ing-wen a fait part de « sa profonde gratitude à l’ancien secrétaire d’Etat pour avoir facilité de multiples avancées dans les relations entre Taiwan et les Etats-Unis ».

« C’est pendant son mandat à la tête du département d’Etat que certaines restrictions pesant sur les contacts entre officiels américains et taïwanais ont été levées, que les ventes d’armes américaines à Taiwan ont été normalisées et que les visites de haut niveau de part et d’autre ont été rendues possibles », a indiqué cette dernière.

Selon elle, « Mike Pompeo a aussi permis à Taiwan et aux Etats-Unis d’établir de nouveaux mécanismes de dialogue portant sur la gouvernance démocratique régionale, l’économie, l’éducation et la santé publique, à l’image du Dialogue partenarial pour la prospérité économique, dont la troisième édition est attendue pour cette année ».

Lire aussi : Mike Pompéo annule les restrictions avec Taïwan

« Ces mesures ont permis d’approfondir l’interaction et la coopération bilatérales », a assuré la dirigeante. En réponse, Mike Pompeo a salué l’action de Tsai Ing-wen en faveur de la liberté, de la prospérité et de la stabilité à Taiwan. « Ce qui se passe en Europe (référence à la guerre en Ukraine) illustre le risque qu’il y a à se montrer trop complaisant quand il s’agit de liberté. Ceux qui chérissent la liberté doivent faire preuve d’un leadership « approfondi, concerté et concentré », a-t-il ajouté.

Dans un tweet, le ministre des Affaires étrangères Joseph Wu s’est dit ravi d’avoir assisté à cette entrevue. Son ministère a indiqué qu‘ »au milieu d’une crise globale, il est réconfortant d’avoir la visite à Taiwan de partenaires animés du même esprit et de fervents défenseurs de la liberté et de la démocratie ».