Sélectionner une page

Amériques,Etats-Unis,MONDE

Opération séduction de Xi Jinping au G20

Le président Xi Jinping a lancé une offensive de charme sans précédent au cours des six derniers jours, arguant que la diplomatie nationale avait comme nouvel axe : la lutte contre les maladies.

Le 25 mars, Xi Jinping a appelé la chancelière allemande Angela Merkel pour discuter de la pandémie de Covid-19 et d’une coopération plus étroite entre les deux nations. « La Chine est disposée à partager son expérience en matière de prévention, de contrôle et de traitement avec l’Allemagne, à renforcer la coopération dans la recherche et le développement de vaccins et de médicaments et à contribuer à la santé et à la sécurité publiques mondiales », a-t-il déclaré à Angela Merkel, d’après l’agence de presse, Xinhua.

« L’Allemagne remercie la Chine pour son aide opportune et précieuse et espère mener une coopération de recherche scientifique avec la Chine dans les domaines de la recherche sur les vaccins et les médicaments, afin de donner un exemple de solidarité », a déclaré la chancelière.

Xi Jinping en visite au Wuhan, épicentre de l’épidémie

Le président chinois a appelé la majorité de ses alliés occidentaux, afin de leur assurer de son soutien en cette période de crise sanitaire. Le 24 mars, Xi Jinping s’est entretenu avec le président brésilien Jair Bolsonaro, le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev et le président polonais Andrzej Duda.

Le 23 mars, il avait donné au président français Emmanuel Macron, au Premier ministre britannique Boris Johnson et au président égyptien Abdel-Fattah al-Sisi un buzz après une conversation amical avec le roi Felipe VI d’Espagne le 21 mars.

Pourtant, alors que Xi Jinping faisait la promotion de ces solutions et aides internationales pour lutter contre le Covid-19, le président américain Donald Trump semblait parfois incapable de fournir un leadership mondial. D’ailleurs, lors du Forum de Davos de 2017, Xi Jinping était apparu comme leader de la mondialisation et du multilatéralisme. A contrario, Donald Trump était taxé de protectionniste.

Cette année, « alors que Washington vacille, Pékin se déplace rapidement et habilement pour profiter de l’ouverture créée par les erreurs américaines, comblant le vide pour se positionner comme le leader mondial de la réponse à une pandémie », ont expliqué Kurt M Campbell, président-directeur général de la société de conseil en conseil Asie Group, et Rush Doshi, directeur de la China Strategy Initiative de la Brookings Institution en Chine.

«Il s’efforce de vanter son propre système, de fournir une assistance matérielle à d’autres pays et même d’organiser d’autres gouvernements. Il est difficile de surestimer la pure chutzpah de la décision de la Chine», ont écrit ces derniers dans Foreign Affairs, publié par le Council on Foreign Relations, un groupe de réflexion basé à New York.

Même la «relation spéciale» entre Xi Jinping et Donald Trump était le sujet central du G20. Le 26 mars, ils se sont rencontrés par vidéoconférence du Groupe des 20 et ont discuté quelques heures.

Après le sommet d’urgence du G20, les dirigeants mondiaux se sont engagés à injecter «5 000 milliards de dollars ( 4500 mds €) dans l’économie mondiale» pour lutter contre les retombées de l’épidémie de virus. Pourtant, compte tenu de l’ampleur du défi auquel la planète est confrontée, tout cela était plutôt discret et manquait de concentration.

Rencontre en avril 2017 entre les présidents Xi Jinping et Donald Trump,

« Lorsque le monde serait confronté à une crise, les États-Unis et la Chine mettraient de côté leurs divergences et travailleraient ensemble pour élaborer une réponse coordonnée », avait prédit Ryan Hass, du John L. Thornton China Center à la Brookings Institution.

« Ce n’est plus le cas. La propagation du coronavirus a été le miroir de la relation bilatérale et l’image qui a émergé est moche. Maintenant, les dirigeants des deux pays sont épuisés par des arguments sur l’origine du virus et qui est responsable de sa propagation, plutôt que sur ce qui doit être fait, collectivement, pour l’arrêter », a-t-il poursuivi.

«Les faucons de Chine aux États-Unis ont saisi l’occasion offerte par la propagation du coronavirus pour ternir l’image du gouvernement chinois. En toute équité, les autorités chinoises se sont attaquées en grande partie à leur réponse initiale incroyablement lente et non transparente, ainsi qu’à leur retard dans la réponse aux demandes de l’Organisation mondiale de la santé et des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’envoyer des experts à Wuhan», a écrit Ryan Hass, dans un article publié sur le site du groupe de réflexion basé à Washington.

Mais ensuite, une guerre commerciale de 18 mois entre Beijing et Washington, ainsi qu’une course aux «armements» technologiques, ont terni les relations entre les deux principales économies du monde.

En janvier 2020, un accord de phase 1 a été signé. L’objectif relancer les négociations et accorder des consensus sur certains produits, tant du côté chinois qu’américain. Cependant, l’accord n’a pas empêché une concurrence accrue dans le secteur de la haute technologie, et notamment la 5G.

Le gouvernement américain mène depuis deux ans un lobbying anti-chinois, surtout anti-Huawei, afin que ses alliés occidentaux n’accordent pas de contrat d’installation de réseau 5G dans leur pays. Malgré les pressions, certains européens ont accepté le géant chinois de la technologie à installer la 5G, au grand damne de l’administration Trump.

«À court terme, je suis pessimiste quant aux relations américano-chinoises. Les États-Unis et la Chine ont fait face à un certain nombre de crises au cours des dernières décennies. Dans chaque cas, les dirigeants des deux nations ont pu mettre de côté les exigences politiques nationales pour trouver un terrain d’entente sur lequel fonder l’avenir de leur nation», a déclaré John L. Holden, du Center for Strategic and International Studies et responsable du cabinet chinois pour McLarty Associates.

« Mais aujourd’hui, nous semblons être entrés dans des eaux non filtrées, car la pandémie de Covid-19 souligne à la fois la nécessité d’une coopération sino-américaine et, en même temps, révèle l’incapacité des deux pays à le faire. Il y a plusieurs raisons à cela, parmi lesquelles la détérioration incessante des relations au cours des dernières années », a-t-il ajouté.

Recevez la Newsletter

Coronavirus (2019-nCoV)

Suivez-moi sur Twitter

Confrontation Chine – Etats-Unis

Coopération Chine – Afrique

Essentiel de l’actu

Votre avis nous intéresse!

Souveraineté en Mers de Chine

Dossier d’Histoire




Africa Wire

%d blogueurs aiment cette page :