Le président américain Joe Biden a ouvert le 12 mai le sommet des dirigeants des pays d’Asie du Sud-Est en promettant de dépenser 150 millions de dollars pour leurs infrastructures, sécurité, capacités sanitaires et d’autres domaines, dans le but de contrer l’influence de la Chine dans la région.

Dans le détail, 60 millions sont consacrés à la sécurité maritime, notamment pour prévenir la pêche clandestine, a expliqué un responsable américain à l’Agence France Presse, alors que les eaux autour de la mer de Chine méridionale sont une source de tension entre Pékin et les pays riverains comme le Vietnam et les Philippines.

Washington va aussi investir 40 millions dans les énergies propres, mais Joe Biden compte travailler avec le secteur privé pour atteindre les deux milliards dans ce domaine crucial.

Ces mesures financières ne permettront pas de rivaliser avec la Chine, qui a dépassé les Etats-Unis comme premier partenaire commercial de l’Asean. En novembre 2021, la Chine a promis aux pays de l’Asean 1,5 milliard de dollars d’aide au développement sur trois ans pour lutter contre la pandémie de coronavirus et relancer l’économie.

Toutefois, alors que la guerre en Ukraine est au centre de l’actualité, Joe Biden a tenu à afficher l’engagement des Etats-Unis dans cette région face à l’influence grandissante de la Chine, par le biais de projets concrets mais aussi d’une initiative commerciale revisitée.

L’administration Biden espère ainsi montrer aux dix pays composant l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN) que Washington n’oublie pas l’Indo-Pacifique et le défi à long terme posé par Pékin, son principal rival.

« Nous devons relever notre niveau en Asie du Sud-Est », a indiqué lors d’un point presse un haut représentant américain. Ce dernier a indiqué que « nous ne demandons pas aux pays de faire un choix entre les Etats-Unis et la Chine. Nous voulons faire comprendre clairement, toutefois, que les Etats-Unis cherchent une relation plus solide ».

C’est la première fois que l’ensemble des dirigeants de l’Asean se réunissent à la Maison blanche. Il s’agit par ailleurs de leur premier sommet depuis 2016 présidé par un président américain.