Les « Quatre grandes inventions » sont les quatre principales innovations élaborées par les chinois : le papier, l’imprimerie, la boussole et la poudre à canon. Faisant parmi de ses quatre grandes inventions de la Chine antique, l’invention du papier daterait de l’époque de la dynastie des Han occidentaux (206 av. J.-C. à 25 ap. J.-C.).

Os d’animaux et carapaces de tortues : premier support d’écriture

L’inscription à la tortue conservée dans le musée Lvshun a été publiée dans le livre Lvshun Bowaguan Suocang Jiagu comme n ° 1949. Cet os a été acheté par un japonais en 1905 et a été vendu au musée entre 1937 et 1938. Rempli d’encre noire. Inscrit avec plus de caractères zto. Prévoir s’il y aurait de la chance ou de la malchance lorsque Shang King a voyagé d’un endroit à l’autre.

Il y a plus de 3000 ans, les premiers traces d’écriture et de pictogrammes étaient gravés sur des os d’animaux, des carapaces de tortues, des objets en bronze et des pierres. Ce types de caractères est appelé jiaguwen qui signifie « écriture sur os et carapace ».

Sous la dynastie Shang (1600 – 1046 av. J.-C.), les croyances religieuses et la superstition dominaient la vie sociale. Les os d’animaux et les carapaces de tortues servaient d’instruments divinatoires lors de la consultation d’oracles pour les expéditions, la chasse, l’élevage, les maladies et les catastrophe naturelles.

L’exhumation de nombreuses pièces archéologiques datant de cette époque constituent des documents historiques précieux qui nous ont permis d’étudier la politique, l’économie et la culture des temps anciens.

Jusqu’aux Royaumes Combattants (475 – 221 av. J.-C.), beaucoup d’inscription ont été gravées sur des objets en bronze. Le chaudron de Simuwu est un exemple de cette technique. Ce plus grand objet en bronze du monde servit à un roi des Shang à la préparation des offrandes à sa mère Wu.

Les inscriptions sur les objets en bronze reflètent tous les aspects de la vie politique et économique de l’époque. Concernant, les inscriptions sur pierre, la datation reste difficile. D’après le Guanzi, les premiers caractères gravés sur ce support remontent au-delà du VIIIe siècle avant J.-C.

Les tablettes de bambou et de bois

A partir de la fin de la dynastie Shang, les chinois utilisaient des tablettes de bambou et de bois, qu’ils coupaient en minces lamelles pour pouvoir écrire au pinceau. A l’époque, il était plus simple d’écrire sur des tablettes que de graver des os ou des carapaces.

De plus, il était aussi plus facile de corriger les fautes éventuelles en cours d’écriture en grattant la tablette avec un stylet que de devoir tout recommencer avec les os et carapaces.

Cependant, les tablettes étaient trop lourdes, elles prenaient trop de place et étaient difficiles à transporter. Rattachées entre elles par une ficelle de soie ou une cordelette de cuir, elles avaient énormément de volume. Raison pour lesquelles, ces tablettes étaient considérées comme les premiers livres utilisés en Chine.

La soie, le tournant

Processus de la fabrication du papier de la dynastie Han

Entre le IIIème et IVème siècles avant Jésus Christ, les tablettes sont abandonnées au profit de la soie. L’écriture sur la soie prend vie à l’époque des Zhou de l’Ouest (1046 – 771 av. J.-C.).

Durant les Royaumes Combattants (475 – 221 av. J.-C.), l’écriture sur soie devint de plus en plus fréquente, car la soie est une matière légère, et facile à transporter. Mais sa production difficile et son prix élevé ne la rendait pas accessible à tout le monde.

Avant l’invention du papier à proprement parler, il est possible de citer l’invention du papier de soie à partir de la bourre de soie. Les déchets du dévidage des cocons étaient placés sur une natte de bambou, puis trempés dans l’eau.

Une fois lavés et broyés, ces déchets donnaient de la bourre de soie. Une fois enlevée de la natte, il restait une fine pellicule de fibres qui, en séchant, se transformait en une mince feuille de « papier » de soie.

Les calligraphes aimaient écrire sur le papier de soie car il était lisse et léger. Mais il était impossible d’en produire en grande quantité, sa matière première était trop coûteuse. Néanmoins, en s’inspirant de sa méthode de fabrication, des papiers sont développés avec des plantes riches en fibres végétales, comme le chanvre.

Le papier de chanvre de Baqiao trouvé dans une tombe de la période des Han de l’Ouest (206 av. J.-C. à 25 ap. J.-C.) est le plus ancien spécimen de papier en fibres végétales découvert dans le monde.

Malgré son efficacité, il était impossible de produire ce papier en grande quantité car, à l’époque, le chanvre servait avant tout à confectionner des habits. De plus, le papier de chanvre était épais et grossier, ce qui ne convenait pas à l’écriture.

La technique de fabrication du papier se perfectionne

Cai Lun, eunuque haut fonctionnaire de la cour impériale pendant la dynastie des Han orientaux.

Cai Lun, eunuque du Palais, promu intendant général et chargé d’administrer les ateliers artisanaux du palais, est aussi à l’origine de l’invention du papier. Cai Lun vivait sous le règne de l’empereur Hedi des Han de l’Est (25 – 220), et a eu un rôle très important dans l’amélioration de la technique de fabrication du papier.

Constatant les imperfections des tablettes de bois et de bambou, et les insuffisances du papier de soie, il décida d’améliorer la méthode de fabrication du papier à partir d’écorces d’arbres, de déchets de lin, de vieux chiffons et des filets de pêche usés.

Le processus était le suivant : la matière première était haché en petits morceaux, puis trempé un certain temps dans un mélange d’eau et de cendre de paille contenant de la soude. Pilé et cuit, cette matière molle était travaillait pour arriver à une pâte homogène, étalée en minces couches sur des nattes exposées au soleil. La feuille de papier une fois séchée était prête à l’emploi.

Ce nouveau type de papier, lisse et léger, a eu beaucoup de succès. En 105, Cai Lun montra son travail à l’empereur Hedi qui le félicita. Dès lors, dans tous les coins de l’empire, le papier était fabriqué suivant cette méthode.

Cette nouvelle méthode de fabrication du papier était beaucoup moins coûteuse et la source abondante de matière première permettait enfin de produire du papier en grande quantité. Avec la popularisation de la méthode de Cai Lun, la fabrication du papier se développa rapidement. Dès le IIIe siècle, l’emploi du papier était généralisé.

Cài Lún, inventeur du papier

Des techniques évolutives de dynastie en dynastie

Les dynasties suivantes ont par la suite continué à améliorer cette méthode en changeant ou en introduisant parfois un élément comme le rotin, les fibres de tiges de blé ou de riz, ou encore de l’écorce de mûrier.

Avec l’utilisation de matières premières de plus en plus variées, la fabrication du papier a réalisé des progrès considérables et se développa rapidement. La généralisation de l’utilisation du papier permet d’écrire ou de copier de plus en plus de livres.

  • Sous les Tang (618 – 907), les papiers étaient très variés. Mais le papier le plus célèbre est le papier de Xuanzhou, ou papier de Chine, utilisé par les peintres et les calligraphes. Il est fait à base de bois de santal et de paille de riz.
  • Sous la dynastie Song (960-1279), le papier était fabriqué avec du bambou.
  • Sous la dynastie Ming (1368-1644), de la chaux est intégré dans la fabrication du papier de bambou.

La Chine est le premier pays à avoir fabriqué du papier

Papier de Cai Lun

Avec le développement des échanges commerciaux et culturels, le papier, puis ses techniques de fabrication, ont progressivement été introduits dans les autres pays. D’abord introduit au Vietnam et en Corée, pays voisins de la Chine, puis de la Corée au Japon.

Au milieu du VIIIème siècle, la technique de fabrication du papier a été transmise de la Chine aux pays arabes. Une fois la technique chinoise de fabrication du papier maîtrisée, les arabes en produisent en grande quantité et l’exportent vers l’Europe où la plupart des gens l’adoptent pour sa qualité et son coût peu élevé.

La première papeterie européenne a été fondée en 1150 en Espagne par les arabes, soit plus de 1 000 ans après la découverte de Cai Lun. Ce n’est qu’à la fin du XVIIème siècle que le papier a été introduit en Amérique.

La méthode de fabrication du papier de Chine a finit par se répandre dans le monde entier. La généralisation de l’utilisation et de la fabrication du papier dans de nombreux pays va stimuler le développement économique et culturel de l’humanité.

L’écriture, la peinture, l’imprimerie, sont toutes tributaires du papier. Ce dernier devint indispensable dans la vie quotidienne. Aujourd’hui, le papier est partout, sous diverses formes et pour des utilisations multiples. Son utilisation première est d’être le support de l’écriture mais il est également présent dans les domaines de la décoration et de la fête (origami, lanternes en papier, etc.), dans le domaine de l’hygiène (papier toilettes), dans nos porte-monnaie (billets de banque, chèques), etc.

Retrouvez les trois autres inventions de la Chine ancienne : boussole, imprimerie, poudre

A lire en plus … 

Le papier, une invention chinoise