« Aucune action unilatérale ne changera le fait que les Diaoyutai appartiennent à Taïwan », a déclaré le ministère taïwanais des affaires étrangères.

La République de Chine (Taïwan) a réaffirmé le 22 juin sa souveraineté sur les Diaoyutai, un archipel situé en mer de Chine orientale et actuellement contrôlé par le Japon.

« Aucune action unilatérale ne changera le fait que les Diaoyutai appartiennent à Taïwan, a déclaré le ministère des Affaires étrangères », dans un communiqué. Ce dernier a été publié après la décision de la ville d’Ishigaki, dans la préfecture d’Okinawa au Japon, de rebaptiser son arrondissement de Tonoshiro en Tonoshiro Senkaku, du nom japonais des Diaoyutai.

Lire aussi : Le Japon renomme ses îles Senkaku très contestées

« Les îles Diaoyutai sont une partie intégrante de notre territoire national », a insisté le ministère en indiquant sa volonté de traiter cette question de manière pacifique et rationnelle.

Le ministère a exhorté le gouvernement japonais à faire preuve de retenue et à ne pas recourir à des actions unilatérales interférant avec la souveraineté de la République de Chine (Taïwan) sur les Diaoyutai.

Il a également appelé Tokyo à éviter de compromettre la stabilité et la paix en mer de Chine orientale ainsi que les relations amicales entre Taïwan et le Japon.

Les îles Diaoyutai sont situées à environ 100 milles marins des côtes nord-est de Taïwan. A Taïwan, elles sont rattachées administrativement à la commune de Toucheng, dans le district d’Yilan.

Elles sont toutefois contrôlées par le Japon depuis 1972, et sont également revendiquées par la Chine. Un accord de pêche signé en 2013 entre Taïwan et le Japon prévoit que les chalutiers des deux pays peuvent pêcher librement dans une zone définie autour de cet archipel.