La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a annoncé qu’elle nommerait les juges pour les affaires de sécurité nationale sur la base des recommandations d’un organe judiciaire qui la conseillera sur de telles désignations.

Les médias chinois ont dévoilé les détails concernant le projet de loi sécuritaire pour Hong Kong ouvrant la voie à un changement en profondeur de l’autonomie de l’ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine en 1997.

Lire aussi : L’amendement à la loi sur la Police armée populaire adopté

Carrie Lam a ajouté que le projet de loi n’exclut pas la présence de juges étrangers afin d’apaiser les inquiétudes concernant l’indépendance judiciaire de la ville.

Carrie Lam, cheffe de l’exécutif de Hong Kong

Cette dernier a également assuré que « Hong Kong restera un lieu idéal pour le développement des multinationales après l’adoption de la loi sur la sécurité nationale dans la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong ».

La cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, a souligné que « pour de nombreuses multinationales qui sont présentes à Hong Kong, je pense que votre principale préoccupation sera de savoir si Hong Kong restera le lieu idéal pour le développement de vos entreprises. A cela, ma réponse est un OUI catégorique ! ».

Lors d’une session d’information en ligne pour le Forum sur le développement de la Chine (FDC), elle a assuré que la nouvelle législation « cible uniquement les actes de sécession, la subversion du pouvoir d’État, les activités terroristes et la collusion avec des forces étrangères ou externes visant à compromettre la sécurité nationale ».

« Clairement, il ne s’agit pas là d’actes et d’activités dans lesquels les entreprises et les citoyens respectueux des lois vont s’engager. […] La vaste majorité de la population, de même que les multinationales respectant les lois, devraient accueillir le retour de la stabilité, de la loi et de l’ordre, qui ont fait de Hong Kong l’une des villes les plus sûres au monde pendant de nombreuses années », a estimé Carrie Lam.

L’Assemblée populaire nationale a annoncé clairement dans sa décision et sa déclaration explicative associée, que cette législation serait guidée par un certain nombre de principes fondamentaux, incluant la préservation rigoureuse de la sécurité nationale, le maintien et l’amélioration du principe « Un pays, deux systèmes », l’adhésion à la gouvernance de Hong Kong selon la loi, l’opposition résolue aux interférences externes et la sauvegarde substantielle des droits et intérêts légitimes des Hongkongais, a écrit le CIIE sur la base des propos de Carrie Lam.

« Ces principes fondamentaux sont clairement inscrits dans cette proposition de loi, qui embrasse les concepts légaux importants, ainsi que la protection des droits et libertés légitimes des individus. […] L’adoption de la loi sur la sécurité nationale ne changera pas le haut degré d’autonomie dont bénéficie la RAS. Elle n’aura pas d’impact sur l’indépendance judiciaire de Hong Kong, y compris pour les verdicts finals, comme cela est stipulé dans la Loi fondamentale. Je pense que la population et les entreprises hongkongaises devraient trouver ces dispositions rassurantes« , a ajouté Carrie Lam.

Rejetant les allégations de certains politiciens étrangers proclamant la mort du principe « Un pays, deux systèmes », Carrie Lam a souligné que dans le cadre de ce principe, le système capitaliste de Hong Kong, son économie libérale et son système juridique de confiance resteraient plus robustes que jamais, mais aussi que la liberté des flux de capitaux entrant, sortant et à l’intérieur de Hong Kong serait garantie.

« Hong Kong continue de se développer en tant que pôle financier international, mais également comme une passerelle entre la partie continentale de la Chine et le reste du monde », a insisté Carrie Lam.

Les données officielles publiées en février 2020 montrent que le PIB s’est contracté de 1,2 % en 2019 après une hausse de l’activité de 3,5 % en 2018. Il s’agit de la première récession que connaît la région autonome depuis une décennie.

Au cours des trois derniers mois de l’année 2019 ont été particulièrement dévastateurs pour l’économie de Hong Kong avec un PIB en recul de 2,9 % par rapport à la période correspondante de 2018 et de 0,4 % par rapport au trimestre précédent. La consommation et le tourisme ont particulièrement souffert des manifestations et violences.

Carrie Lam a assuré ne pas être pas inquiète des menaces de sanction de certains pays occidentaux. « Hong Kong restera une économie mondiale accueillante, résiliente et compétitive, jouant un rôle irremplaçable dans le rapprochement des entreprises et des marchés internationaux et de la partie continentale de la Chine », a assuré ce dernier.