La Chine a commencé ce 19 mars à juger les deux canadiens accusés d’espionnage, Ottawa disant espérer leur libération immédiate, dans un contexte tendu entre la Chine et les États-Unis.

Michael Spavor et Michael Krovig arrêtés le 10 décembre pour espionnage

Michael Spavor, l’un des deux hommes détenus en Chine depuis plus de deux ans, a été jugé en moins de trois heures à Dandong (nord-est), selon Jim Nickel, le numéro deux de l’ambassade du Canada à Beijing.

Ce dernier a précisé que le verdict serait annoncé ultérieurement. Ni les diplomates ni la presse n’ont été autorisés à assister à l’audience ni à voir l’accusé. Toutefois, des diplomates d’une dizaine de pays occidentaux, dont les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, accompagnaient leurs collègues canadiens à l’extérieur du tribunal. «Nous apprécions ce soutien international», a déclaré Jim Nickel, tout en dénonçant une nouvelle fois la détention «arbitraire» de ses compatriotes.

Michael Spavor et Michael Kovrig ont été arrêté en décembre 2018, dix jours après l’interpellation au Canada de la directrice financière du géant des télécoms chinois Huawei, Meng Wanzhou, à la demande des États-Unis. La Chine dément tout lien entre ces deux affaires.

Jim Nickel, a déclaré à la presse que l’audience était terminée et qu’il attendait de connaître le verdict. Ce dernier a précisé que le Canada travaillait «étroitement» avec les États-Unis pour obtenir la libération de Michael Spavor et de Michael Kovrig.

«Nous avons bon espoir que dans une certaine mesure ce procès puisse mener à leur libération immédiate», a-t-il déclaré. Cependant, la nature exacte des accusations contre les deux Canadiens n’est pas connue.

En mars 2019, l’agence de presse Xinhua avait indiqué que Michael Kovrig était soupçonné d’espionnage et de vol de secrets d’État et que Michael Spavor était l’une de ses principales sources d’information.

Michael Spavor, qui était établi dans le nord-est de la Chine, organisait des voyages vers la Corée du Nord, notamment pour la star américaine du basket Dennis Rodman. Il a été reçu par le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un. La ville de Dandong, où se déroule son procès, se trouve à la frontière de la Corée du Nord.

Le procès s’est ouvert alors qu’un sommet entre de hauts dirigeants chinois et américains a débuté en Alaska. Il s’agit de la première prise de contact directe avec la Chine sous l’administration de Joe Biden.

Lire aussiLa Chine et les Etats-Unis se rencontrent pour évoquer leurs désaccords

Le Wall Street Journal avait indiqué début décembre 2020 que Huawei discutait d’un accord avec l’administration américaine qui permettrait à Meng Wanzhou de regagner la Chine. Cette dernière, fille du fondateur de Huawei, avait été interpellée à l’aéroport de Vancouver le 1er décembre 2018 à la demande de la justice américaine, qui l’accuse d’avoir contourné des sanctions américaines contre l’Iran.

Lire aussi : Meng Wanzhou, directrice de Huawei, accuse le Canada d’avoir détruit des preuves

Washington veut la juger pour fraude bancaire. L’affaire a entraîné une dégradation sans précédent des relations entre la Chine et le Canada.