L’administration Trump a réduit le 2 mars de près de la moitié le nombre de ressortissants chinois autorisés à travailler pour les médias d’Etat de Beijing aux Etats-Unis, en représailles des restrictions imposées à la presse étrangère en Chine.

A lire aussi : Donald Trump promet une réponse à l’expulsion des journalistes de Chine

«Depuis des année, la Chine impose une surveillance, un harcèlement et des intimidations de plus en plus durs sur les Américains et d’autres journalistes étrangers travaillant en Chine», a déclaré dans un communiqué le secrétaire d’état Mike Pompeo.

«Nous appelons le gouvernement chinois à confirmer immédiatement ses engagements à respecter la liberté d’expression, y compris pour les membres de la presse», a ajouté le chef de la diplomatie américaine. Ce dernier n’a pas mentionné les expulsions de trois journalistes du Wall Street Journal (WSJ) en février, qui sont à l’origine de guerre médiatique.

Les cinq médias chinois concernés par cette décision ont été classés le mois dernier par Washington comme des missions étrangères et sont désormais considérés comme des organes «de propagande». Ils pourront employer 100 ressortissants chinois au maximum à partir du 13 mars, contre 160 actuellement.

A lire aussi : La Chine s’oppose à la désignation des médias comme « missions à l’étranger »

En réduisant le personnel chinois, Washington souhaite «rétablir une égalité qui n’a que trop tardé», a expliqué Mike Pompeo dans son communiqué. Cette décision n’est «pas basée sur le contenu produit par ces médias» et les Etats-Unis n’imposent «aucune restriction» sur ce qu’ils publient, affirme-t-il.

Le gouvernement chinois a retiré leur carte de presse à trois journalistes du Wall Street Journal accrédités en Chine en représailles à un titre jugé raciste du quotidien américain, une sanction condamnée dans la foulée par Washington.

A lire aussi : Des journalistes américains expulsés de Chine

Le gouvernement avait dénoncé une tribune parue le 3 février, en pleine épidémie de coronavirus, titrée: «La Chine est le véritable homme malade de l’Asie», une expression très offensante dans ce pays.

A lire aussi : Colère contre le titre «la Chine est le vrai homme malade de l’Asie».

Ce titre «sensationnaliste» était empreint de «discrimination raciale», avait déploré un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, qui avait reproché au quotidien de ne pas s’être excusé.

Le Club des correspondants étrangers en Chine avait qualifié cette sanction de «représailles sans précédent» et de «tentative manifeste des autorités chinoises» pour «intimider les médias étrangers».