Cette décision met fin à sa période de caution de huit jours dans le cadre de son affaire concernant la violation de la loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong.

Lire aussi : Le magnat pro-démocratie Jimmy Lai inculpé à Hong Kong

Les experts juridiques de la Chine continentale et de Hong Kong ont considéré la dernière décision du tribunal comme une « décision sage » qui montre que la clause de caution pour la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong et l’intention initiale de la législation ont été pleinement respectées.

Pour la Chine, cette décision montre également que la Loi fondamentale de Hong Kong ne peut pas remplacer la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong.

Jimmy Lai a été officiellement inculpé en vertu de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong le 11 décembre. L’affaire du magnat des médias de Hong Kong a été largement médiatisée, car il fait partie d’un groupe de personne arrêtée dans le cadre de la nouvelle loi chinoise.

L’homme de 72 ans est considéré comme le « traître des temps modernes » par les médias de Chine continentale pour sa prise de position dans l’une des manifestations les plus violentes et chaotiques de la ville en 2019.

Il a obtenu une caution le 23 décembre par la Haute Cour de Hong Kong, ce qui a provoqué l’indignation du public. Les principaux organes de la presse chinoise, tels que l’agence de presse Xinhua et le Quotidien du Peuple ont critiqué la décision du tribunal de mise en liberté sous caution en la qualifiant de « saper l’autorité de la loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong » et de « nuire à l’état de droit de la ville ».

Lire aussi :Le magnat des médias Jimmy Lai arrêté et ses journaux perquisitionnés

La cour d’appel de Hong Kong a décidé de renvoyer Jimmy Lai en détention le 31 décembre après avoir entendu un appel du ministère de la Justice de Hong Kong contre l’ordonnance de mise en liberté sous caution de Jimmy Lai.

Les juges de la cour d’appel final ont estimé que les juges de la Haute Cour qui se sont mis d’accord sur la condition de la mise en liberté sous caution de Jimmy Lai pourraient avoir mal interprété l’article 42 de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong. Ils ont estimé que l’interprétation par la Haute Cour des clauses pertinentes de la Loi fondamentale, l’ordonnance sur la Déclaration des droits de Hong Kong et l’ordonnance sur la procédure pénale sont contestables, selon le site de médias locaux hk.on.cc.

Lors de la prochaine audience, les juges décideront si les juges de la Haute Cour ont commis des erreurs d’interprétation de l’article 42 de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong.

Interrogée par le Global Times, Lawrence Ma, avocat et président de la Hong Kong Legal Exchange Foundation, a expliqué qu’il était correct que le représentant de la justice souligne que la violation par Jimmy Lai de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong est grave et que la peine maximale peut être l’emprisonnement à vie.

De telles infractions à la sécurité nationale s’apparentent à une affaire de meurtre présumé, ou leur gravité est équivalente à celle-ci, et il n’est pas habitué à accorder une caution à un suspect de meurtre, a précisé le quotidien conservateur.