Cong Peiwu, ambassadeur de la Chine au Canada considère que «la Chine est victime non seulement de la maladie, mais aussi de la désinformation», lors d’une entrevue tournée pour l’émission The West Block‘s Mercedes Stephenson sur la chaîne Global.

Selon lui, la Chine n’a jamais sanctionné des États qui ont critiqué sa manière de gérer la crise. Toutes informations à ce sujet sont fausses, a insisté le diplomate chinois. «Nous sommes engagés dans des échanges amicaux avec d’autres pays, donc il n’y a rien comme de l’intimidation envers d’autres pays», a-t-il évoqué.

Lire aussi : Justin Trudeau estime que la Chine «ne comprend pas» l’indépendance de la justice

Ces commentaires interviennent alors que la Chine a bloqué certaines importations de bœuf en provenance de l’Australie, un pays qui a exigé la tenue d’une enquête sur la gestion de crise de la Chine.

Lire aussiLa Chine restreint ses importations de bœuf australien

L’Empire du milieu fait face à de nombreuses critiques de la part de certains pays occidentaux, – les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la France et l’Allemagne en tête, – sur son manque de transparence, notamment sur le nombre de morts recensés.

Pour l’ambassadeur de la Chine à Ottawa, ces reproches sont alimentés par certains décideurs américains pour des raisons politiques. «Vous pouvez voir des politiciens aux États-Unis, ils mènent [une] campagne politique contre la Chine, essayant de salir l’image de la Chine», a soulevé Cong Peiwu

«Cela ne les aidera pas dans leur lutte contre la maladie pour sauver des vies d’Américains», a-t-il ajouté. Le diplomate a également évoqué le cas de Meng Wanzhou, la dirigeante du géant chinois Huawei détenue à domicile à Vancouver.

Lire aussi : La directrice de Huawei pourrait être libéré prochainement

Elle avait été arrêtée en décembre 2018 par les autorités canadiennes à la demande des États-Unis qui l’accusent de fraude et de collaborer avec le régime iranien. Dans le même temps, deux Canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor, ont été arrêté par les autorités chinoises.

«Ces deux Canadiens sont soupçonnés de crimes mettant en danger la sécurité nationale chinoise, donc les autorités chinoises compétentes traitent l’affaire conformément à la loi et je voudrais vous dire qu’ils sont en bonne condition physique», a répondu l’ambassadeur.