La Chine a rejeté le 20 avril les accusations d’abus dans la région du Xinjiang après qu’un groupe de défense des droits de l’homme ait lancé un appel pour une enquête de l’ONU sur d’éventuels crimes contre l’humanité.

Les accusations de travail forcé ou de détentions dans la région du Xinjiang dans le nord-ouest de la Chine sont «des mensonges et de fausses informations concoctés par les forces anti-chinoises», a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin.

Ce dernier a accusé les critiques d’essayer de «saper la stabilité et la sécurité du Xinjiang et de freiner le développement de la Chine».

Human Rights Watch fait appel aux Nations Unies

Le 19 avril, Human Rights Watch a fait appel à la Commission des droits de l’homme des Nations Unies pour qu’elle enquête sur les informations faisant état de détentions massives de musulmans, de répression des pratiques religieuses et d’autres mesures contre les minorités du Xinjiang.

Human Rights Watch a déclaré qu’ils constituaient des crimes contre l’humanité, tels que définis par le traité qui a institué la Cour pénale internationale.

La Chine pourrait utiliser son droit de veto en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour bloquer les actions contre les responsables chinois basés au Xinjiang, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport.

Cependant, le groupe basé à New York a déclaré que la Commission des droits de l’homme des Nations Unies devrait créer un organe pour enquêter au Xinjiang sur les accusations, identifier les responsables et fournir une feuille de route pour les tenir responsables.

L’ONG atteste que plus d’un million de personnes ont été confinées dans des camps au Xinjiang, selon des gouvernements et des chercheurs étrangers. Les autorités y sont accusées d’imposer du travail forcé et des contrôles des naissances au Xinjiang.

La Chine rejette les plaintes d’abus et affirme que les camps sont destinés à la formation professionnelle pour soutenir le développement économique et lutter contre le radicalisme islamique au Xinjiang.

La Chine fait pression sur les marques étrangères de vêtements et de chaussures pour qu’elles reviennent sur leurs décisions de cesser d’utiliser le coton du Xinjiang en raison des informations faisant état d’un possible travail forcé. Toutefois, une partie de la population chinoise a lancé un boycott contre ces marques, dont H&M.

Lire aussi : Coton du Xinjiang : le secteur chinois dénonce

La Chine dénonce des accusations mensongères

Mike Pompeo, ex-chef de la diplomatie américaine

Wang Wenbin a accusé les organes de presse occidentale d’agir comme «un haut-parleur de mensonges et de désinformation». De plus, la Chine a refusé aux Nations Unies un accès sans entrave à la région pour enquêter.

Le porte-parole de la diplomatie chinoise a appelé les observateurs étrangers à «respecter les faits et la vérité» et à «mettre fin à la mauvaise pratique consistant à répandre de la désinformation sur le Xinjiang et à faire de fausses déclarations à chaque instant».

Toutefois, le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré dans les derniers jours de l’administration Trump que la Chine commettait un «génocide» au Xinjiang. Son successeur sous le président Joe Biden, Antony Blinken, a conservé cette désignation. De plus, les parlements de Belgique, des Pays-Bas et du Canada ont aussi accusé la Chine de génocide.

Lire aussi : La Chine réfute l’accusation de « génocide » au Xinjiang par les Etats-Unis

La diplomatie chinoise a rejeté les accusations de génocide ou de crimes contre l’humanité commis par la Chine au Xinjiang. Les remarques de Mike Pompeo et d’autres « sont totalement opposées à la réalité du Xinjiang », a déclaré Xu Guixiang, directeur général adjoint du département de propagande du parti pour le Xinjiang.

Des doutes sur le rapport d’Human Rights Watch

«Vous pouvez voir la stabilité et l’harmonie au Xinjiang», a déclaré Xu à Kashgar, une ville historique de la Route de la Soie dans le sud du Xinjiang. «Il n’y a pas de crimes contre l’humanité ni de génocide, et les populations des minorités ethniques et des Ouïghours sont en augmentation.»

D’ailleurs, Human Rights Watch a déclaré avoir été aidé par une clinique des droits de l’homme de la faculté de droit de l’Université de Stanford pour son rapport. L’ONG a indiqué qu’ils n’avaient pas documenté l’intention de génocide de la Chine au Xinjiang.

Mosquée Id Kah au Xinjiang.

Cependant, « si de telles preuves devaient apparaître, les actes commis contre les musulmans turcs au Xinjiang … pourraient également étayer une conclusion de génocide », indique le rapport.

«Qui a mené l’enquête? Qui est en mesure d’agir en tant que juge? Et où sont les preuves? Il n’y en a pas », a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Le Yucheng à l’Associated Press dans une récente interview.

«Ils nous ont imposé des sanctions, puis ils disent qu’ils aimeraient venir faire une enquête pour recueillir les preuves. Je pense que c’est une présomption de culpabilité typique».

En effet, les États-Unis ont imposé des sanctions financières et de voyage à des responsables chinois accusés d’abus au Xinjiang. Washington a bloqué les importations de plusieurs entreprises et de produits de coton et de tomates de la région.

Le rapport de Human Rights Watch a appelé la Commission européenne à suspendre la soumission d’un projet de traité d’investissement UE-Chine au Parlement européen pour approbation jusqu’à ce que les allégations de travail forcé fassent l’objet d’une enquête, que les abus soient résolus, que les victimes soient indemnisées et que les progrès soient réalisés pour responsabiliser les responsables.